Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 08:59

52.jpg

 

Hier, nous avons soufflé la première bougie de notre mariage alors je te mets à l'honneur, toi mon Mari.

 

Un an qu'on m'appelle Madame (tu sais comme je suis contre cette ridicule coutume d'appeler Madame une femme non mariée ayant eu un enfant) et que je porte ton nom. Tu m'as toujours laissé le choix de garder le mien mais pour moi il était naturel que nous portions le même, le tien, le nôtre.

 

Je te revois encore dans ton costume beige, un brin brillant. Le costume, c'est pas ton truc, ça se voit, mais qu'est-ce que ça t'allait bien ce jour-là...

 

Ca n'a rien changé à nos vies ce mariage quand on y réfléchit bien. Mais le courage et la volonté qu'il nous a fallu pour l'organiser, réunir l'argent, résister aux idées qui fusaient de toutes part pour s'en tenir aux nôtres. Soudés, nous l'étions, plus que jamais encore.

 

Jamais, je n'oublierai tes yeux quand tu m'as vue dans cette meringue ivoire. La robe que je voulais, ma robe de Sissi. 

 

Et nous nous sommes mariés.

 

Il ne faisait pas très beau mais nous étions en famille ce jour-là, notre fille grandissait au chaud au creux de moi, mon fils nous a fait le plus beaux des discours...

 

Nous avons brisé le mythe de la nuit de noces, à 6 heures du matin, il n'était plus temps de faire des galipettes !

 

Ca n'a rien changé à nos vies quand on y pense (sauf qu'on ne paie pas d'impôts cette année hum, hum), nous sommes restés les mêmes, notre famille s'est agrandie 7 mois plus tard, mais nous sommes les mêmes.

 

Et pourtant, j'aime cette sensation d'appartenir à quelqu'un n'en déplaise aux féministes. Aujourd'hui, j'aimerais pouvoir porter à nouveau cette alliance (je la porte sur une chaîne, reste de grossesse !) et l'arborer fièrement aux yeux du monde.

 

Je suis mariée, je suis ta femme. Et tu es mon Mari.

 

Bon anniversaire mon Amour.

 

SAM 6501

 

 

 

P.S : Toujours une couche Hamac à gagner, jusqu'à mercredi !

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:00

Suite à un gentil mail d'Anna, qui se marie en juin prochain et qui rame pour trouver des solutions pour financer son jour J, voici un récapitulatif des "trucs" qui m'ont permis de me marier sans m'endetter sur 10 ans. 

Le PIB de la famille Nanou n'atteignant malheureusement pas celui de la famille Bettencourt, c'était pas gagné mais on y est arrivé !

 

 

Quelques trucs pour réduire le coût d'un mariage (ou d'un PACS, je ne suis pas sectaire !)

 

£ Etre organisée. Obligatoire même si tu es bordélique ! Alors sors le grand jeu, fais des listes, des tableaux excel, un planning mois par mois. Tout ce que tu peux pour te faciliter la tâche et surtout, étaler tes achats.

 

 100_0562.jpg 

  $ Louer une salle communale

Les moins chères du marché, incontestablement, surtout si tu habites ou si tu te maries en province. La nôtre nous a coûté environ 900 euros (forfait vaisselle compris), pour un espace de 300 personnes assises (on n'avait pas 300 invités mais nous avons pu crée un espace repas et une piste de danse), avec tables et chaises fournies. Bien se renseigner sur le matériel fourni, surtout si tu prends un traiteur. Il faut disposer d'une cuisine pro, pas d'une gazinière de camping ! Eviter les gymnases, ça sent la chaussette et les d'sous d'bras. 

 

 £ Acheter sa déco sur internet et les magasins discount. Vive E-bay, Tati mariage et les sites discount spécialisés.

Tu y trouveras tout, tout, tout : ballons, guirlandes, nappes, bougies... De quoi te créer une déco de rêve pour pas cher du tout. Tu peux également acheter du matos et mettre la main à la pâte, voir le point suivant.

 

100 0595$ Fabriquer des choses de ses mains. Dans notre cas, les centres de tables, les marques places (des papillons en papier "posés" sur les verres), les bourses à dragées (nous y avons collé des petites déco maison), la pancarte plan de salle, les cartons "noms de tables", les orchidées en boutonnière des témoins et des papas. Simple, motivant, pas cher et surtout... générateur de compliments !

 

£ Décorer soi-même sa salle et ses tables. La veille c'est mieux. Ce n'est pas un super bon souvenir en ce qui me concerne, enceinte de deux mois et demi, j'avais les nerfs en pelote ! Mais en repartant, nous avons laissé derrière nous une salle magnifique et vide... restait à imaginer ce qui s'y passerait le lendemain...

 

 

Table 

$ Emprunter la voiture d'un pote, en guise de voiture de la mariée (puis des mariés). La limousine, ça ne nous ressemblait pas du tout et louer une voiture ancienne, ça coûte un bras. Alors le mari de Mariée de Juin s'est improvisé chauffeur et nous a conduit dans sa BMW grise. Très jolie voiture qu'il avait décorée lui-même, toujours dans notre thème de couleur (chocolat, ivoire et orange). Une déco sans fleurs, parce que la grosse composition avec ventouse fixée au capot, est extrêmement chère... et peut s'envoler sur l'autoroute (que nous prenions pour nous rendre à la salle).

 

SAM 6542

 

£ Ne pas surfleurir le lieu de culte. On peut même ne pas le fleurir du tout. Préférer une jolie composition dans un panier, à poser au pied de l'autel, plutôt que des fleurs accrochées sur les bancs. Nous étions persuadés que nous n'aurions pas de fleurs et on nous en a offert pas mal !  Nous en avons donc laissées dans la maison du seigneur et emporter le reste à la salle.

 

$ Ne pas acheter de riz à lancer. C'est pas à cause du prix... c'est parce que c'est pas bien et que je suis contre. C'rest de la bouffe... Et aussi parce que ça attire les pigeons (qui sont des rats volants, on est bien d'accord). J'avais opté pour de la lavande que je devais cueillir le week-end précédent. Or, il a fait un temps magnifique et j'étais seule...et y'avait des abeilles. Je ne répèterai jamais assez que je hais les insectes. Donc, j'ai acheté en vitesse de grosses confettis de couleur (dans notre thème) en papier biodégradable fait exprès (et pas plus cher que les autres). On peut aussi faire des bulles, c'est choupi tout plein... sauf quand il pleut !

 

£ Réduire au maximum le budget alcool (si on en veut à son mariage, mais bon, je suis une pochtronne et je ne m'en cache pas). Les solutions sont simples et pas contraignantes.

Limiter ou supprimer les alcools forts, surtout si on a des "bons clients" sur la liste d'invités (le Label 5, c'est cher). Servir du champagne au dessert uniquement. Bien choisir ses vins (un bon vin n'est pas forcément AOC et ne coûte pas forcément une oreille). Nous avons opté pour du planteur (maison, merci papa) et du mousseux rosé d'Anjou pour le vin d'honneur ; du vin à table (de notre excellente cave de Bourdic) ; du champagne au dessert (acheté en même temps que celui du mariage de Mariée de Juin = grosse réduc' à la clé !).

 

$ Travailler plus pour gagner plus. Oui, MAIS, ne pas en faire trop, ce qui fut mon cas. Faire des baby-sitting (y'a pas d'âge pour ça), aller chercher des gamins à l'école, faire du soutien scolaire, pourquoi pas. Travailler 7 jours sur 7, NON. Je rappelle que j'ai servi des moules-frites  tous les week-ends en plus de mon boulot de semaine. Je voulais tenir de décembre à juin... J'ai dû arrêter au bout de 4 mois tant j'étais sur les rotules. J'ai loupé de chouettes moments en famille aussi. Mais je ne regrette pas, c'était une expérience assez enrichissante pour observer le comportement des gens quand ils ont envie de bouffer des moules ! Et ça nous a payé le vin, le champagne et une partie de la salle.

 

£ Négocier à mort. Avant, j'avais honte de chipoter. Depuis, je suis devenue une vraie rapace.

J'ai négocié bec et ongle avec notre DJ pour obtenir la location du vidéo-projecteur, d'un éclairage supplémentaire...

 

$ Multiplier les devis et faire des comparatifs. Long et parfois fastidieux (pas mois de 3 tableaux excel), en raison des combinaisons et formules possibles (traiteur avec ou sans boissons, formules du DJ...Etc...) mais essentiel.

 

£ Acheter ses alliances au Manège à Bijoux (Leclerc, NDLR, mais ça il doit y avoir le même principe chez Auchan, Carrouf...). Pas folle, j'ai vérifié d'abord la qualité sur place et sur les mains d'amis de mon père. Nos alliances sont jolies, robustes... et en ce qui me concerne trop petite depuis quelques semaines (grossesse oblige !). Pour amortir le coût, nous les avons acheter l'une après l'autre à deux mois d'intervalle.

 

$ Accepter un peu d'aide et des cadeaux. Même si recevoir c'est pas toujours facile et qu'on ne se croit jamais assez méritants... De l'aide, ça ne veut pas dire se laisser imposer des trucs qui ne nous ressemblent pas. J'ai été bien ferme là-dessus.

 

£ Acheter ses accessoires séparément. Souvent les boutiques de mariage pratiquent des prix... déprimants. Alors on n'hésite pas à acheter son voile à Tati ou sur le net, à trouver ses chaussures à la Halle ou chez Gémo...

 

$ Eviter de prononcer le mot "mariage". Chez le fleuriste par exemple, un bouquet de estampillé "bouquet de mariage", coûte deux fois plus cher. Je me suis contentée de demander un style de bouquet, avec des roses orangées, comme j'aime. Et le jour J, avec ma coiffure apprêtée, le fleuriste n'en revenait pas. Il a convenu avec moi que c'était une belle combine !

Chez l'esthéticienne, choisir des soins classiques plutôt qu'un gros forfait mariage.

 

£ Travailler au maximum sa liste d'invités. Quitte à froisser certaines personnes, un euro c'est un euro bordel ! Il y a des personnes qu'on n'a pas vues depuis 10 ans et qu'on meurt d'envie d'embrasser devant la mairie et d'autres qu'on n'a pas vues depuis un an... et qu'on n'a pas envie de voir ce jour-là. Ce mariage, c'est un peu comme la maternité, ça m'a permis de faire des choix et surtout de les assumer. Alors l'oncle Bob et ses 4 enfants (dont deux que je n'ai jamais vus) ne m'ont pas manqués. Alors bien sûr, tu t'exposes à des réflexions et on en a eu, mais franchement, je m'en tape.

 

Nounours$ Se faire un ptit plaisir de riche. Pour moi, c'était ma robe et pourtant c'était pas la plus chère. Mais je m'étais jurée d'en acheter une "pas cher"...tu parles ! J'ai cherché et trouver des solutions pour me l'offrir et je ne le regrette pas... Il m'arrive encore de la sortir de sa housse, grand fantôme ivoire, rescapée du plus beau jour de ma vie...

 

 

On peut vraiment avoir une belle fête sans dépenser 15000 euros pour autant.

Pourvu que ce jour te ressemble, à toi et à ton mari, enfin ton futur mari...

 

Je te précise, à toutes fins utiles, que tu peux m'écrire à leshumeursdenanette(at)hotmail.fr pour me poser des questions si tu en as besoin. Si je peux t'aider à réaliser ton rêve en te filant des bons plans, ça me fera plaisir !

 

Demain, ça fera 4 petits mois que je suis mariée ! Et à part les rares fois où j'ai eu envie de tuer mon mari (pour cause de chaussettes en boule ou de table non débarrassée)... le mariage c'est le pied (même si, honnêtement, ça ne change rien à mon quotidien !).

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 08:00

 

 

thats-all-folks.jpgCette fois-ci, c'est le der des ders... L'heure de faire le bilan et surtout de remercier ceux que l'on appelle souvent les "prestataires", les petites et grandes mains qui ont oeuvré pour que la journée soit une réussite.

 

Inutile de préciser que j'ai été ravie par tous. Et que quasiment aucun ne connait ce blog.

 

Notre traiteur

"Prêt à recevoir.com" : Un contact chaleureux et plein d'humour avec Yves qui a été super. Il a supporté mes non-réponses à ses appels, puis mes avalanches de mails pour remplacer tel plat par celui-ci, pour être sure que tout soit copieux et bon...

Ce traiteur assure commande et livraison des mets, mais n'assure pas le service. On peut avoir un super buffet, froid ou chaud, pour  6 euros par personne. De la taille banquet à la petite réunion de famille, parce qu'on n'a pas tout le temps envie de faire la popotte. Je referai appel à eux, on s'est régalé...

Pourquoi je l'ai choisi ? Prix mini mais néanmoins super qualité et surtout, ventres ravis !

 

 

Notre photographe

Sindy Collyn : Pneu crevé à moins d'une heure de l'heure H... et elle était à l'heure ! Discrète, comme elle nous l'avait promis. Souriante comme la première fois, sympathique avec tout le monde, elle a été géniale. Elle nous a mis à l'aise en nous recommandant de ne surtout pas faire attention à elle, de vivre notre moment.

Elle a eu son petit succès d'après mes échos, j'espère qu'on ne l'a pas trop embêtée ! Il faut dire qu'en plus d'être sympa, elle est vraiment jolie !

Pourquoi je l'ai choisie ? La réponse est ici.

 

 

Notre DJ

"Tipikal Event's" : Une société jeune et qui bouge. Au mariage, nous avions Jules, un beau gosse qui ne fait pas ses 28 ans !

L'ambiance était au rendez-vous, comme il dit "ça a dansé !" et il y en avait vraiment pour tous les goûts. On a adoré sa prestation, sa polyvalence, tout tout tout !

Pourquoi je l'ai choisi ? Parce que je voulais un mariage "mixte", un peu d'Antilles, un peu d'années 80, un peu de tubes d'aujourd'hui... et que j'ai eu tout ça !

 

 

Notre maître d'hôtel

"Accord Parfait" : Plus particulièrement Noël le cuisinier, Gilbert le maître d'hôtel, Jenifer le maître d'ôtel (j'en oublie un je crois !). Sans oublier Jérôme, le patron, que j'ai eu au téléphone.

Nous avons choisi volontairement la solution "traiteur et maître d'hôtel" séparés. Après 26 devis, c'était la solution la plus économique. C'était PARFAIT, d'où son nom et surtout très très pro. Ils nous ont bien cernés et n'en ont pas fait trop, ils étaient tous détendus, souriants et heureux pour nous, ça se voyait !

 

Mariée de Juin et Didou : Nos témoins et amis qui ont fait de cette soirée un moment unique. Comme une mécanique bien huilée, la soirée a été parfaitement orchestrée par eux. Les tables ont été débarassées sans que personne s'en paerçoive, tant nous étions occupés à regarder une vidéo, à jouer ou à danser. Ils ne se connaissaient pas et pourtant ils se sont réunis plusieurs fois ces trois derniers mois pour se mettre d'accord. Nous sommes bien entourés, nous avons de la chance de les avoir.

 

Le Gang des Follasses : Vous étiez toutes là, j'ai beaucoup, beaucoup pensé à vous... Merci à la Grenouille pour sa petite loupiote sacrée qui, j'en suis sure, n'est pas pour rien dans la réussite de la journée...

Merci pour tout et merci à Toi, la Fée aux bonbons de "Lux". Tu te reconnaîtras j'en suis sure. Il est tellement bon et doux de se rappeler parfois que la vraie générosité existe et que l'amitié peut naître sur le net...

 

Le Petit Pois : Merci mon tout petit... de m'avoir laissée tranquille le temps d'une soirée. Pas de nausées, pas de vomissements et une pêche d'enfer. Tu étais de retour le lendemain, petit filou !

 

Mon Grand Haricot : Trop d'orgueil ce soir-là dans mon coeur, ou plutôt de la fierté. C'est moi qui ai fait ce petit homme si beau ? C'est moi qui ai mis au monde cet enfant qui a aujourd'hui sa propre pensée, son humour, sa plume ? Merci mon (premier) tout petit pour ton discours si plein d'humour, pour ton émotion, ton élégance... Quelle fierté d'être ta maman. Et quel bonheur de voir que tu te plais dans notre famille (même si on te saoule avec les tables de multiplication !).

 

 

Et Merci à vous toutes pour vos commentaires, votre présence. Comme ça me touche que VOUS soyez touchées...

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 08:00

 

the-end.jpgLa fête fut merveilleuse, arrosée (mais pas trop), très très émouvante. Comme nous le souhaitions, nos cultures aussi se sont mariées en une joyeuse polygamie : l'Ile de France a flirté avec la Guadeloupe, qui elle, s'est frottée langoureusement à la Normandie... Très colorée comme partouze, j'te l'dis !

 

Nos deux témoins-coach ont assuré, jamais nous n'avons eu besoin d'aller faire un tour en cuisine ou sur le territoire du Dj, sauf pour trinquer et dire bonjour.

Mariée de Juin et Didou, vous ne me lisez pas, mais je vous dis encore merci de nous avoir permis de VIVRE cette journée et en profiter au maximum.

 

On s'est fendu d'un discours mon mari et moi et pour la première fois de ma vie, j'ai fait court ! Monsieur Nanou a annoncé l'arrivée prochaine du Petit Pois, saluée d'un tonnerre d'applaudissements !

 

Nous avons eu notre diaporama - très étonnant - où tout le monde a découvert les pattes d'eph de mon père, mes tresses perlées de couleur, le bébé joufflu qu'était mon mari...

On a chanté pour nous sur un air de Yannick Noah revisité "Une Nanette, comme s'il en pleuvait [...] un Nanou, son eldorado".

 

J'ai ouvert le bal avec mon mari, tellement beau, tellement ému. J'ai dansé au bras de mon père, oubliant toutes les tensions. J'ai ri et dansé jusqu'à la fin... parfois interrompu par mon mari : "Ne saute pas, pense au petit !".

Je n'ai pas bu (à peine deux demi-coupettes espacées de 4 heures !) et pourtant quelle cuite ! Une p*** de cuite d'émotions...

 

J'ai passé ma nuit de noces (6h30 - 9h30, réveillée par une faim tenace), à l'hôtel, dans les bras de mon mari. J'ai maudit toute la nuit ces foutues épingles, mais comme j'étais bien, mariée et dans "mon creux" ! On a dormi, hein, on était crevé !

 

J'avais juste oublié les lendemains de cuite. Ça m'a fait pareil, sans la migraine et l'envie de vomir.

 

Le lendemain, on a mangé les restes et fini de ranger la salle.

 

Les nappes ont fini à la poubelle avec les chemins de table. La vaisselle a été rangée, les tables pliées. La fée du ménage est passée...

 

La famille de Nîmes nous a dit au revoir. Les amis sont partis. La salle était vide. Voilàààààààà, c'est fini...

Je te fais pas un dessin, pour moi, c'était le déluge total. Impossible de dire au revoir sans fondre en larmes. La fatigue, les hormones et une grosse nostalgie. Un wedding blues dans toute sa splendeur : dépression post-marium !Il était génial ce mariage, avec des couacs d'une totale perfection et puis... un bébé arrivera au printemps si tout va bien, mais le mariage, c'est fini.

Cette année passée a économiser, à créer des objets de mes mains, à servir des moules-frites, à préparer les cérémonies, tout ça c'est fini.

 

Je retiendrai une phrase d'une invitée, femme d'un des plus anciens collègues de Monsieur Nanou, septuagénaire et tellement belle à mon mariage :

 

"Quand parfois ça ira mal, parce que ça peut aller très mal parfois, souvenez-vous de cette journée mes enfants."

 

Toute notre vie, on s'en souviendra. Notre route est encore longue, le meilleur est à venir.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:00

 

 

Mairie.JPGQuand la belle allemande se gare (quel confort pour le dos ces sièges allemands !), j'ai le vertige. 95 personnes sont en haut des marches de la mairie.

J'ai pensé à ces gens pendant des mois, ma famille, sa famille, nos amis, sans y penser. C'est terrible, mais pour moi, ils n'étaient plus réels. Des noms sur un plan de table, des tirets sur une liste. J'en avais oublié certains... Ils reprennent vie sous mes yeux.

J'aperçois mon Haricot, mon si joli métis dans son costume clair. Il est un peu gauche dans son costume mais il a de l'assurance, il accueille tout le monde. Il marie sa mère aujourd'hui, mon grand. Je touche instinctivement le Petit Pois, toi aussi mon tout petit, tu participes à la fête.

 

Je descends de voiture et il vient à ma rencontre. Il est beau, vraiment très beau. Il porte l'orchidée orange en boutonnière que j'ai fabriquée pour lui il y a des mois (nos papas et témoins portent la même en blanc).

Il rougit, comme chaque fois qu'il est ému. J'ai envie de pleurer et cette fois, je sais que le Petit Pois n'y est pour rien.

 

Je prends son visage dans mes mains et il me dit que je suis belle. C'est tout ce que je voulais entendre. Nous nous embrassons et cette photo est prise.

De longues minutes passent avant que mon père ne nous dérange pour m'embrasser aussi. Je fais le tour des invités, tout le monde est là. Ma mère est là aussi. Ma mère est là aussi. Ma mère est là aussi. C'est bête mais c'est quelque chose, jusqu'au bout, j'ai pensé qu'elle trouverait quelque chose pour ne pas venir...

Mamie G. est entrée s'asseoir. Tout le monde entre dans la salle des mariages également. Nous restons seuls avec mon père et sa mère. Et nous faisons enfin notre entrée.

 

Le maire de cette ville est aussi le père du témoin de Monsieur Nanou. Il sait pertinemment que le Marié a connu ses premières cuites avec son fils. Son discours est long et personnalisé. Il retrace nos parcours, notre enfance, notre rencontre. Tout le monde rit quand il évoque le goût de Monsieur Nanou pour les cocktails, ses week-ends entre amis à Saint Jean de Monts, ses débuts cahotiques de beau-père, notre amour inconditionnel d'une certaine équipe de foot. Je suis très très émue et aussi très très souriante. Il parle de moi aussi, alors qu'il me connait si peu : mon parcours diffciie de maman-étudiante-salariée, ma passion pour le bricolage que je partage désormais avec mon mari.

Notre photographe nous confiera plus tard qu'elle n'a jamais vu un mariage civil comme le nôtre. Je suis heureuse pour mon futur mari, qui y attache beaucoup d'importance. Il a épousé une grenouille mais n'en est pas une !

 

Nous nous disons enfin "OUI". Cet instant est parfait. Notre baiser aussi ! Il faut maintenant signer les registres. Nous sommes mariés. MARIES ! 

 

A la sortie de la mairie, la pluie se met à tomber. Je n'ai pas froid, je suis euphorique. Le mari de Mariée de Juin, mon chauffeur, se précipite pour nous abriter, mon père et moi. Direction, l'église.

J'embrasse mon Haricot qui va devoir prendre la parole et apporter les alliances.

 

Notre grand garçon prononce le "mot d'accueil". Je ne l'ai pas lu avant et je suis fière comme tout d'entendre qu'il a eu un mot pour ceux qui ne partagent pas notre croyance :

 

"Quelque soit votre confession religieuse, l'essentiel est d'être réunis tous ensemble dans la joie"

 

Je saurai plus tard qu'il a appelé sa marraine pour avoir un "synonyme du mot religion mais en plus beau, tu vois ?".

 

Notre curé est très inspiré, il se lance dans un discours sur l'amour, les enfants... et l'aspect charnel du mariage. Je suis dissipée, je taquine mon mari qui me le rend bien !

Au moment de l'échange des alliances, nous sommes tous les deux au bord des larmes...

 

 

Sortie église

 

Plus que quelques articles avant de clôturer cette rubrique, un peu la mort dans l'âme je l'avoue...

 

Mais c'est pas encore fini hein... Et puis, tu mérites bien un répit, toi ma lectrice adorée, avant d'avoir droit à mes histoires de grossesse poétiques : fatigue, seins douloureux et cauchemars en tout genre, sans oublier... la constipation... 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:00

 

 

La nuit fut courte, trop d'excitation, trop de fous rires étouffés... Lui dans le canapé du salon avec Didou, moi dans notre Lit avec Mariée de Juin.

Confidences chuchottées entre filles : mon bonheur tout neuf, son envie de bébé...

 

 

La Belle AllemandeA 6h30, nous sommes tous debout devant un bon café. Tous les trois ont besoin d'avoir la pêche pour retourner à la salle des fêtes, peaufiner une déco que je ne verrai que dans quelques heures.

Il y a des Red Bull au frais pour eux, pour moi un second café (le Red Bull c'est dégueu et déconseillé au femmes enceintes).

 

Le temps de me préparer, de charger la robe dans la voiture et je dis au revoir à mon futur mari. Il y a beaucoup d'amour dans notre "A tout à l'heure !".

Il fait gris et une pluie fine tombe. Je dois allumer feux et essuie-glace... et en plus il fait froid !

 

8h55 : Je fais un saut de puce chez la grand-mère de Monsieur Nanou pour déposer mes affaires. Je dois m'habiller chez elle, par envie et par commodité. Elle est ravie de me voir et me somme de repasser manger un morceau. Je file chez la coiffeuse où m'attend ma soeur qui doit aussi se faire coiffer.

 

9h00-11h00 : Je passe un super moment chez la coiffeuse à me faire papouiller. Toutes les femmes présentes y vont de leur expérience du mariage. Certaines me parlent en créole, certaines me demandent "il est blanc ton mari ?" Je trouve la question curieuse et je réponds que non, mon (futur) mari n'est pas blanc, il est rose.

Mon père passe me saluer, on ne reparle pas de la veille... Il m'embrasse et me recommande de ne pas être en retard...

La coiffeuse déploie des trésors d'ingéniosité pour masquer la chute de cheveux que j'ai au milieu du crâne.

Je reçois une photo sur mon portable : quelque part dans l'Est, une bougie brûle pour nous. Quelque part sur ma tête, des épingles se reproduisent...

 

11h15 : Il ne pleut pas, mais il vente ! Ma coiffure ne bouge pas d'un pouce. Je dépose en vitesse ma soeurette fraîchement bouclée à l'Intermarché du coin et je récupère mon bouquet. La fleuriste a eu du mal, mais elle a trouvé les roses oranges si odorantes que j'aime tant.

Elle me félicite pour ma coiffure : "On dirait un énorme chou"... heu...

 

11h30 : Je rentre chez Mamie G. manger un morceau. Carottes, poulet, haricot vert, de bonnes choses pour le bébé me dit-elle. Mon coeur se serre quand je la vois marcher péniblement vers la cuisine et me servir. Elle a tant vieilli cette année, cette femme qui a élevé mon futur mari. Dieu merci, elle sera là aujourd'hui et je prierai pour qu'elle soit avec nous en avril.

 

12h00-12h45 : Je repars dans la ville d'à côté me faire maquiller chez Marionnaud. Je mets un temps fou à trouver une place. Je retrouve avec plaisir Brigitte, avec qui j'avais fait mon essai. Tout le nécessaire est prêt. Elle va bien plus vite cette fois. Elle me met sur le visage ce que Dior et Chanel ont fait de plus cher, sur les lèvres, une merveille de chez Guerlain. J'aimerais bien me racheter tout ça pour après parce qu'il n'y a pas trop de maquillage (merci Mentalode m'avoir rappelée d'éviter le pot de peinture) mais quel résultat ! Brigitte me confie qu'il me faudra vendre un de mes ovaires pour tout acheter. Ah, d'accord !

 

13h00-13h45 : Je suis de retour chez Mamie G., plein de cousins de mon futur mari sont arrivés. Je m'enferme dans une chambre pour me reposer un peu.

Que fait Monsieur Nanou ? Pense-t-il à moi ?

 

14h00 : Ma voiture a du retard, mais je peux commencer à m'habiller avec mon autre témoin. Chaussures, jupon, jupe et enfin corset... Mon décolleté est vertigineux, merci Petit Pois ! Mon soutien-gorge miracle ne peut plus rien pour moi, au contraire, il remonte mes shrapnels encore plus haut !

Collier, jarretière offerte par Mariée de Juin, ma bague de fiançailles.

Je me regarde dans la glace : jamais une meringue ne fut aussi fondante ! Je me trouve belle et délicieusement Sissi !

 

Décolleté !

 

Pamela Anderson peut aller se rhabiller !

 

14h15 : Coup de klaxon ! Le mari de Mariée de Juin est là, dans sa belle allemande décorée... Je descends les escaliers pour aller me marier. Dans la voiture, je prends une minute pour lire la carte de mes follasses... une retouche make up s'impose tout de suite.

 

14h20 : MariE de Juin fait un boucan d'enfer, il sait que j'adore les cortèges bruyants ! Derrière nous, une voiture de police, alors il cesse de klaxonner. Je sors la main par la fenêtre : les forces de l'ordre DOIVENT se réjouir aussi ! Nanmého ! Les policiers me regardent sévèrement... et actionnent sirène et gyrophare jusqu'au commissariat, en face de la mairie où m'attendent les invités et mon futur mari... Le soleil est là tout à coup. Je sais que ça ne va pas durer et qu'il y a du vent, mais il brille là, maintenant !

 

Je LE vois au loin, pourvu qu'il me trouve belle...

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:00

 

 

Photo-Blandine-salle-014.jpgLe jour d'avant (LES jours d'avant devrais-je dire) fut une catastrophe, parsemé tout de même de petites bulles de bonheur.

 

Mon stress est à son comble, pourtant tout est payé. On a recontacté tous les prestataires et tout est ficelé. Deux de nos témoins, Mariée de Juin et Didou, vont être nos "coach" pour la journée.

Ils vont se charger du timing, de la logistique, de tout, pour qu'on puisse PROFITER (je recommande vivement cette solution qui a été une réussite totale).

 

Depuis quelques jours, mes relations avec mon père sont tendues, très tendues. Il critique tout et multiplie les remarques désobligeantes. A cause des mes chères hormones, je prends tous ça très très mal. Je voudrais qu'il me rassure, qu'il soit enthousiaste. Il ne l'est pas, la tension monte et la mienne aussi.

 

Le vendredi soir, nous décorons la salle avec nos témoins, mon père et ma soeur. C'est encore pire. Le tensiomètre (acheté quand j'étais malade pour cause d'hypertension chronique) m'interdit presque de me marier.

Je fais le vide, je me calme et ma tension descend.

 

Nous repartons, Monsieur Nanou et moi, dans des voitures différentes. Je n'ai aucune joie à aller dormir chez mon père, j'ai envie d'être chez moi, dans notre lit.

Mais je suis déjà dans ma voiture avec mon père, ma soeur, mon beau-frère... trop tard. Monsieur Nanou est déjà loin devant avec nos deux témoins.

 

Arrivée chez mon papa, je sens que je ne vais pas rester. Le ton monte, je ne veux pas me disputer, pas la veille de mon mariage. Il est déjà presque 23h00. Je regarde ma robe dans sa housse blanche...

Et je décide de rentrer, je veux mon fiancé et tout de suite.

 

Personne ne comprend ma réaction et je m'en fiche. Je m'excuse et ramasse mes affaires précipitamment.

Je m'explique vite : je ne veux pas me disputer, j'en ai assez des critiques, je n'ai pas besoin de ça, je suis enceinte, je veux être au calme, dans mes murs, chez moi, chez NOUS. Je reviendrai chercher mon père demain.

 

J'évite 3 fois le radars, je roule bien trop vite. Penser au Petit Pois, à demain, se calmer.

 

J'arrive chez moi. Il m'ouvre. Il me dit qu'il savait que j'allais rentrer. Il ne pose pas de questions et détourne le regard de la robe. Il sait que je ne veux pas qu'il la voit. Il me sert mon champagne du moment : un grand verre d'Hépar-Pulco.

 

Je suis bien, je suis dans ses bras. J'ai envie de dormir dans "mon creux", le creux de son bras... Il sourit et me dit non...

 

Ce soir, je dormirai avec Mariée de Juillet, ma soeur de coeur, et lui passera une partie de la nuit à rire avec son frère de coeur...

 

Avant de m'endormir, je songe que pour la première fois, j'ai répondu à mon père. J'ai cessé de craindre sa réaction, j'ai haussé le ton, j'ai coupé le cordon. Est-ce que j'ai grandi ?

 

Dormir... Demain, on se lève tôt. Demain, on se marie.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:00

 

 

Dimanche 26 septembre, 22h25

Je te livre mes pensées en vrac, je n'arrive plus trop à penser... Si ce billet est un peu incohérent, c'est parce que j'ai affreusement mal au crâne...

 

J'ai un tas de mails sur ma boîte et ce sont vos commentaires. Je me suis dit tout de suite que vous aviez commenté mon dernier article pour me féliciter. Elle a pas du tout la grosse tête la nana avec son mariage !

 

Et bien non, on a piraté le blog de Nanette et on a très bien fait. Il est beau comme ça, non ? Merci à toi, jolie fée des Follasses.

 

Ma tête va exploser, là tout de suite. Non, je n'ai pas la gueule de bois. C'est la faute au milliard d'épingles que cette coiffeuse a mis sur ma tête pour faire de moi une princesse.

 

Oui, il y a eu quelques gouttes. Oui, on a vu mes gougouttes (décolleté de femmes enceinte !).

Oui, il était beau. Magnifique même. Ils étaient beaux, les hommes de ma vie en ce samedi entre soleil et pluie.

 

J'ai tant de choses à vous dire, mais je ne peux pas, il faut que je trouve un ou deux doliprane pour supprimer le marteau dans ma tête.

 

Je suis très très heureuse, là maintenant. Je sens un grand vide, comme un soufflé qui retombe.

 

Le D-DAY est passé et je suis déjà nostalgique. C'était beau, festif et émouvant.

 

La salle était pleine de gens que j'aime et qu'Il aime. Mais vous étiez là aussi et je sais que vous vous reconnaissez.

Vous êtes les femmes (et un homme !) qui me lisez si souvent, vous êtes des visages que je connais parfois et que j'aime déjà.

 

Alors Madame vous dit merci. Merci pour tous ces gentils mots, merci d'avoir été là quand tout allait mal, merci, merci, merci.

Merci d'être là aujourd'hui et demain.

 

Merci pour cette carte que j'ai lu dans mon carrosse allemand et qui m'a fait pleurer.

 

Merci à l'inventeur du waterproof .

 

En avant première, voici Monsieur et Madame Nanou qui se découvrent sur le parvis de la mairie... avec en prime un rayon de soleil (vite vite, photo avant qu'il ne pleuve !).

 

 

SAM 6501

 

Note de Nanette : Cette photo aurait pu être vendue à Closer* ou à Gala*, mais c'est à toi que je veux l'offrir...

* en fait, seul les magazines "La meringue pour les nuls" et "Sissi nostalgie" étaient intéressés !

 

 

P.S : Prochainement dans les Humeurs, le récit du D-DAY, des trucs trop bien sur moi et mon nombril, des trucs trop vitaux pour ta santé (nan je déconne)... Je profite quelques jours de mon mari...

MON MARI, lalalèreuh !!!! Mon mari, mi esposo, mi marido, mon mec par alliance, mon jules officiel, my husband...

LMJ et les coupines germanophones, on dit comment en allemand ? Mein marische ???

 

P.S 2 : J'oubliais de vous dire que le Petit Pois se porte bien et a été très sage pendant la cérémonie et la soirée. Il a fait son plus beau sourire quand ses parents ont annoncé sa venue prochaine à l'assemblée...

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 06:00

Chers amis de Nanette,


 

Ceci est une prise d'otage piraterie pacifique de blog, revendiqué par le fameux Gang des Follasses qui sévit un peu partout sur la blogosphère.


 

Nanette n'est pas là.


 

Forcément: elle est partie se marier avec Monsieur Nanou, avec le Grand Haricot en garçon d'honneur et le Petit Pois bien caché sous sa robe.


 

Nous devrions avoir quelques heures devant nous pour lui concocter une petite surprise (à défaut d'avoir les clés de son appartement pour le remplir de ballons, hi hi).


 

Alors, si on en profitait pour faire la fête à Nanette et son nouveau bonheur?

 

 

Nous vous laissons toute la place dans les commentaires pour adresser tous vos voeux de bonheur aux jeunes mariés.


 

En avant la meringue!


 

lacher-de-ballons-florance-trocadero.jpg

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 08:00

 

Avant de lire ces quelques lignes, sache que je suis infiniment heureuse de me marier le 25 septembre prochain. Après avoir connu tant de joies et de tempêtes avec un homme, l'épouser c'est comme un aboutissement et je prends très au sérieux cet engagement.

Cet homme qui va devenir mon mari a dû apprendre dès 24 ans, le dur rôle de beau-père. Je l'aime tellement que je ne stresse pas le moins du monde de lui dire oui, j'espère, pour la vie.

Mais les hormones, la famille, la fatigue... Ça donne ça :

 

calgon_pulver_express.jpgDans huit jours, c'est mon D-Day. Je vais perdre mon nom (j'y tiens) et m'engager devant Dieu et devant les hommes et aussi devant les femmes (pas beaucoup de gosses en revanche).

Le matin, j'irai me faire brosser la crinière et ravaler la façade... et y'a du taf, crois-moi.

Et pis après, je rentrerai mon ventre, déjà joliment enflé par mon bébé, dans un corset brodé... Dans le corset, il faudra caser mon 90E...

Trois cerceaux viendront donner un peu de gonflant à ma silhouette déjà gonflée.

Je vais très probablement foirer mon make up à 50 euros en chialant de stress et de bonheur.

 

Mariage et grossesse ne font pas bon ménage. Je m'épuise d'un rien... J'ai l'impression d'avoir beaucoup à faire et d'être seule au monde. J'ai beaucoup de problèmes, je te raconte pas.

Nan, en vrai je suis enceinte et j'ai un fiancé en déplacement. Il ne pense pas à moi, il travaille tout le temps. Il rentre tard. Il DOIT s'occuper de moi ! Je le hais. Je ne veux plus me marier. Voilà, c'est tout.

C'est foutu, maintenant que ce malotru m'a mise enceinte !

 

Alors, on en est où concrètement ? Bah on fait des chèques, des chèques et encore des chèques. Je viens d'en envoyer un gros, direction le traiteur...

Les sous durement gagnés au Paradis de la Moule l'hiver dernier ont fondu comme neige au soleil. Il est certain que nous mangerons beaucoup de pâtes cet automne et ça tombe mal, je suis constipée !

 

Les annulations et rajouts de dernière minute se sont multipliés ces dernières semaines. De sa famille, de la mienne... créant des tensions exacerbées par mes hormones et le stress des préparatifs.

 

Nous avions décidé de garder un maximum le secret sur la bouffe et la boisson... Mais des indiscrétions ont filtré et déclenché des réflexions pas très sympa. A croire que nos familles viennent avant tout pour manger et boire. Les Mariés, on s'en tamponne pourvu qu'on puisse se prendre une bonne cuite !

 

Le soin et le travail apportés à la préparation des faire-parts et à la création d'un blog consacré au mariage n'ont pas servi à grand chose.

La mention "Réponse souhaitée avant le 30 juillet"... no comment.

Sur le blog, en rouge et en gras : "Même si cela vous semble évident, n'oubliez pas de nous préciser si vous serez présent ou pas".

Peine perdue, on a rappelé 44 personnes pour avoir une réponse et la plupart du temps, elle fut : "Mais bien sûr que je viens ! Je savais pas qu'il fallait confirmer !"

Nos amis sont analphabètes, c'est pas grave, je les aime quand même.

 

Ce sera un jour à part, le fruit de dix-huit mois de préparation mais la dernière ligne droite me semble si tortueuse...

 

Et, je ne te le cacherai pas, le Petit Pois, après s'être invité à l'école de mon fils, s'invite à mon mariage, aux préparatifs, au temps que je n'ai pas puisque je le passe à travailler ou dormir. Tout me ramène à ma grossesse. Je n'oublie pas mon Haricot... mais là encore, le grand frère ne parle que de ça. "Il doit faire dans les 4cm Maman, je l'ai lu à la bibli !".

Je suis fatiguée à cause de lui, je pense à lui sans arrêt. Ou plutôt, je voudrais n'avoir que lui en tête.

La semaine prochaine sera l'une des plus stressante de ma vie, parce que je me marie... et parce que je vais le revoir. Parce que mon coeur va s'arrêter de battre jusqu'à ce que j'entende le sien. Jusqu'à ce que sache qu'il est bien vivant, au chaud, sur ma vessie dans mon ventre...

 

Alors, je pourrais souffler un peu et avoir l'esprit clair pour dire OUI.

 

Partager cet article
Repost0