Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 08:00

duracell.jpgJe fais appel à vous. La situtation prend une ampleur sans précédent. J'ai besoin de votre aide.

 

Nous sommes samedi et il est 23h45. Ma fille, enfin, c'est ce qu'on m'a dit à la maternité, est toujours REVEILLEE.

Réveillée et alerte. Alerte et survoltée. Je ne sais pas quoi faire. Je regarde mon tendre époux qui ne semble pas disposé à assurer le rituel du coucher (il y a les NRJ Music awards) et j'ai envie de divorcer (ne fais pas ta médisante, ça t'est arrrivé aussi !).

 

Je me rappelle de mon cousin Seb, il avait trois ans et il avait la pêche. C'était en 1996. Duracell était son surnom. En Guadeloupe, tous les gamins ont un surnom (un jour je vous dirai le mien). Je ne comprenais pas vraiment pourquoi on l'appelait comme ça.

 

Maintenant je comprends. Notre dille n'est pas hyperactive, loin de là. Mais franchement, elle n'a pas fait de sieste. Elle n'a pas somnolé un seul instant. ALORS POURQUOI ??? 23h48 à l'heure où j'écris. Elle n'est pas fatiguée, pas une cerne, que dalle.

 

- Non seu feu pas domirr !!

 

Je ne sais plus, je ne sais pas (en plus j'ai bu du rosé). Je voudrais lire, dans le silence de la nuit. Je voudrais manger une glace sans qu'on m'en vole la moitié (oh ça va !).

Je veux bien respecter les rythmes de mon enfant et tout. Ouais, ouais, je veux bien. Mais là, là, là, je sais qu'il y a de l'alcool dans cet appar' et que, si je lui en filait une rasade dans le bib', j'obtiendrais cette chose, si belle, si rare, si précieuse : LA PAIX.

 

Mais non, le whisky restera dans le bar et mon mari zappe sur Jour de Foot. Je ne peux pas savourer les match de la journée de Ligue 1, une petite fille me grimpe dessus, me réclame de la musique/de la pâte à modeler/du pain. A 23h52.

 

JE DIS NON. Fondons le syndicat des parents. Ne nous laissons pas faire. Nous pouvons triompher.

Parce que, pu****, sans déconner, on en était sortis, elle avait fait genre "je dors la nuit si on me fait mon petit rituel", alors pourquoi ???

 

POURQUOI ???

 

 

P.S : Bon en vrai, on est bien conscient que tous ces changements familiaux, ça chamboule une si petite fille. Mais mon insomnie et son absence de sommeil ne font pas bon ménage.

On se soigne, on va y arriver.

 

P.P.S : Ce matin, je commence un nouveau boulot. Vous m'envoyez des bonnes ondes et des chamallows ? Et des pantalons aussi, parce que je ne rentre plus dans RIEN.Et demain, je vous raconte ma rentrée des classes, en mode RER C, bento et signature de contrat.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 10:14

Dr_House.jpgA l'inverse de sa mère, la Fève fait beaucoup caca. Veinarde. Seulement, à un moment donné à chaque change, on trouvait une mine atomique de la guerre mondiale de 78 (copyright Albert Einstein) dans sa couche. Je vous passe l'odeur abominable qui s'en dégageait. Arme de destruction massive.

On en a vendu un peu aux agriculteurs du coin, ça fait fuir les corbeaux, encore mieux que les épouvantails.

Mais la pauvre, ça lui ruinait aussi les fesses, ces selles (le joli nom pour dire caca) archi acides...

 

Alors, on a cherché la cause. On a joué à Dr House. Après avoir éliminé le lupus (ben ouais), on a pensé aux dents. sauf que bon, toutes celles qui devaient sortir étaient sorties.

On élimine le lupus et les dents donc. Notre géniale pédiatre a pensé à un petit déséquilibre alimentaire, genre trop d'aliments acides. On a donc fait une liste et éliminé les machins acides.

Légère amélioration, due aussi au changement de couche de nuit.

Avec son appétit d'oiseau, la poupette a tout de même perdu du poids, beaucoup en 2 mois. On a donc revu avec la géniale pédiatre son alimentation. Notamment celle du matin.

La petite ne prend plus le sein depuis ses 21 mois. Le matin, je lui donnais donc un petit biberon de lait. Elle ne l'a jamais réclamé, notez bien, non, c'est moi. Je me suis dit, faut bien un truc liquide le matin.

 

On a fait un test et supprimé ce biberon. Et là, bingo. Terminé les minasses dans la couche ! Du coup, on a encore plus joué à Dr House : est-ce que le fromage lui file aussi la diarrhée ? Est-ce que le lait de chèvre lui file la diarrhée ? Est-ce que le lait bio de vache serait meilleur ?

Cette pauvre enfant a joué les cobayes plusieurs semaines, parents indignes que nous sommes. Mais c'était pour son bien.

On a noté toutes nos expériences sur un petit cahier qu'on a montré à la géniale pédiatre et au génial homéopathe. Les conclusions étaient les suivantes :

 

- Le lait de vache lui file des diarrhées atomiques de la mort. Y compris quand il est dans une purée.

- Le lait de chèvre ça va. Mais pas sur une trop longue durée.

- Les jus végétaux ça va.

- Le fromage de vache, ça peut aller (mais en très petite quantité).

- Le fromage de chèvre, c'est très bien (c'est ma fille, ça se voit).

- Le beurre, ça va, en petite quantité.

 

Et voilà comment on a supprimé le lait de vache de son alimentation. A la maison, seul le Haricot en boit encore du coup. La Fève carbure en alternance au lait de chèvre, "lait" de riz, de soja (pas trop trop), d'amande, de quinoa etc...

Elle fait des vraies crottes d'enfant de 2 ans. De très jolies crottes, pas atomiques, pas écrasées. Ses fesses sont saines, plus de plaies horribles (ça a laissé de petites cicatrices tout de même).

Je me suis jamais autant extasiée devant du caca.

 

Donc, le diagnostic est le suivant : petite intolérance au lait de vache surtout sous sa forme non fermentée. Ce qui explique que les yaourts et fromages ne lui donnent pas la diarrhée. Ce genre de truc est difficile à diagnostiquer. On peut pas dessiner un quadrillage sur son dos et faire des tests comme pour les allergies. Il faut jouer à Dr House.

Tout va bien mieux maintenant. Par contre, c'est pas facile-facile d'expliquer tout ça aux grands-parents qui sont obsédés par LE CALCIUM. Plus de lait ne signifie pas plus de calcium.

 

Bon, sinon tous ces machins coûtent trois bras. Nous songeons donc à nous acheter un champ de soja ou de riz.

Ou à acheter une chèvre.

chevre-isba_440_m-54c8d.jpg

Bêêêêê.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 19:33

Il nous est arrivé du ciel vendredi 28 juin. Au petit matin, je l'ai récupéré à l'aéroport, il a voyagé avec une de nos tantes.

Il a d'abord été très timide, il m'a donné la main que j'ai serré très fort par peur de le perdre dans la foule. J'avais une petite main dans chacune des miennes.

 

- On va où Tatie ?

- On va chez Papy pour lui dire bonjour et après on va chez moi.

 

Très vite, les langues des deux petits cousin/cousine se sont déliés. Dans la voiture, il a perdu toute sa timidité :

 

- Tatie regarde ! Y'a une flèche qui va par là et y'a une flèche qui va par là ! Tatie, y'a beaucoup de voiture sur cette route ! Tatie, il fait froid ici.

 

Victime d'un patron bien con, ma soeur a été licenciée il y a quelques mois. Heureusement, elle a retrouvé du boulot très vite, ce qui est rare Outre-mer. Un boulot mieux rémunéré, avec du temps pour elle et pour son fils.  Malheureusement, pendant un mois et demi, sa formation la fera voyager entre la Guadeloupe, Saint Martin et la Martinique.

Sans solution de garde (enfin sans BONNE solution de garde), elle nous a envoyé son tout petit.

Il est resté quelques jours chez nous, puis chez ma mère et le revoilà de nouveau depuis hier.

Ma fille est aux anges.

 

Ce petit-là est régionalement métissé : il a l'accent chantant de la Gwada avec une petite dose de banlieue (ma soeur n'a pas d'accent). Avec lui tout est nouveau, il est en pleine découverte de tout ce qui n'existe pas, tout ce qui ne pousse pas chez lui : les chiens tenus en laisse, les radis, les courgettes, les autoroutes qui se croisent, les platanes, les marroniers... et Ikéa.

Il y a quelques jours, je lui ai donné des fraises :

 

- Mais c'est quoi CA Tatie ?

- Une fraise, mange, c'est bon.

- Mais la fraise c'est un yaourt !

 

Tous les soirs, il parle à sa maman via Skype, qu'il connait déjà très bien. Elle est rassurée de le savoir avec moi et moi j'ai l'impression que c'est un petit peu d'elle qu'on à la maison.

 

Images-2013-1596-1-.JPG

Cousin-cousine à l'aéroport

(Flash McQueen a frappé aussi en Gwada)

 

On s'amuse à avoir trois enfants, c'est assez drôle. Et très bruyant. La présence du petit nous rend le mois de juillet plus doux, il stimule la Fève qui fait des progrès de langage hallucinants. Et puis il nous empêche de penser au prochain départ du Haricot loin de nous et toute la procédure qui l'entoure...

Il va avoir 4 ans le 16 août, je le vois si plein de vie et je me dis qu'il n'a plus de papa depuis 2 ans bientôt. La vie est vraiment pute des fois.

 

Ma soeur nous a confié la mission de le remplumer un peu, des bronchites à répétition lui ont fait perdre du poids. Alors on s'y attelle (enfin moi hein). Je cuisine, je cuisine, de quoi exciter un peu son appétit.

 

Il n'a qu'une seule demande ce petit-là : il veut voir une girafe. On va tâcher de réaliser son rêve.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 08:00

7 ans, dont 6 de vie commune. 2 ans et demi de mariage. 1 enfant. 2 voitures, 1 appartement (en copropriété avec la Société Géniale).

 

Tous les jours, je lui dis...

 

- Hmmmm, bonne journée à toi aussi (je dors quand il part)

 

- Allô ? Tu m'entends ? Ah tu conduis !

 

- Elle fait la sieste là...

 

- Bisous chéri !

 

- Tu rentres tôt dis donc !

OU

- Tu rentres tard dis donc, t'exagères !

 

- Gère la petite, je n'en PEUX PLUS !

 

- J'y crois pas, elle pleure plus...

 

- Je crois qu'elle a fait caca (gniark gniark)

 

- Merde, mes pâtes ! Tu veux bien corriger les devoirs ?

 

- C'est TOI qui corrige les maths !

 

- Bon, tu m'as pas raconté ta journée ?

 

- Tu me dis JAMAIS rien ! C'est pénible !

 

- J'en ai marre de faire à bouffer, tu pourrais t'y mettre !

 

- Mais non, je suis pas énervée !

 

- T'as raison, je suis sur les nerfs...

 

- Un bisou...

 

- Dis-lui de mettre la table à ce petit fainéant !

 

- Attention, elle a un couteau, reprends-lui !!

 

- A table Nanou !

 

- C'est bon ?

 

- Tu en reprends ?

 

- Ben dis donc, ça doit être bon vu tout ce que tu manges !

 

- C'est quoi ce bleu sur ta jambe ?

 

- Ca te fait mal ?

 

- Tu sais, tu bosses trop...

 

- Allez, on va la coucher ?

 

- Allez, c'est fini les bisous, elle voudra jamais dormir !

 

- Laisse-la je te dis !

 

- Ouf, le silence...

 

- J'ai grossi non ?

 

- J'ai l'impression que j'ai grossi !

 

- Fais-moi un câlin...

OU

- J'en ai ras le bol que tu rentres après 20 heures ?

 

- Tu sens boooooon

OU

- C'est ça, souffle quand je te parle ! C'est moi qui devrais souffler hein !

 

- On regarde quoi ce soir ?

 

- On joue aux Aventuriers du Rail ? (version Europe)

 

- Voilà, je pose mes wagons : Venise jusqu'à Brindisi !

 

- Un autre enfant ? Tu es FOU !

 

- Ok, alors tu prends un congé parental !

 

- J'ai même pas perdu tous mes kilos !

 

- C'est pas le moment en plus...

 

- Je fais déjà du E ! Tu veux que j'explose ??

 

- Je t'aime

 

- On va se coucher ?

 

- Finalement j'ai pas sommeil...

 

- Je vais bouquiner un peu, je peux laisser la lumière ?

 

- Ce livre est trop bien...

 

- Tu m'écoutes ?

 

- Oh, tu m'écoutes ?

 

- Bonne nuit Chéri...

OU

- (censuré - de12 ans ) (censuré - de 16 ans) (censuré - de 28 ans)

 

3217354402

 

Le "Tous les jours, je LUI dis" est aussi chez Sabine ! Dans l'entreprise, elle LUI dit...

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 08:00

Donc, aujourd'hui, je publie un truc écrit depuis longtemps à 4 mains (enfin plutôt à 2 mains et une bouche) avec le bien nommé Mister Chaussettes en boule, le sieur Nanou. Mon mari. Qui nous parle un peu de lui, une fois n'est pas coutume.

 

 

Donc toi, t'es déménageur c'est ça ?

Ouais, je fais du "dem" comme on dit dans le jargon. Je vais chez les gens, je charge, je prends la route et je décharge. C'est long dur et parfois crevant. Mais c'est mon kiff, mon métier.

 

Le "dem", c'est une histoire de famile ?

Ouais. Notre PME familiale existe depuis l'époque de mon arrière grand-père et on se la refile de père en fils. Mon père la dirige actuellement avec son frère et plus tard, ce sera sans doute moi épaulé par mon cousin.

Ma tante y bosse (comme Grand-Mamie à une époque, NDLR) et la cousine Aud' (ma soeur de coeur, NDLR) aussi, pendant ses études. Une affaire de famille quoi. C'est pas toujours, toujours évident, mais ça se passe bien.

 

Tu entends beaucoup d'a priori sur ton métier ?

Oui, plein, trop. On bosse de nos mains et parfois, on a très peu de reconnaissance de notre entourage, de nos clients. On croit à tort que déménager, c'est juste foutre des meubles dans un camion sans rien casser.

C'est bien plus que ça. Ca commence au devis. Evaluer le cubage (le volume total du chargement, NDLR), bien informer le client pour qu'il soit prêt le jour J. Souvent, on arrive et rien n'est prêt, il y a encore des cadres au mur, des cartons pas fermés et on perd du temps.

On n'est pas seulement des gros costauds, on fait marcher notre cerveau aussi pour calculer le devis, charger le camion correctement, sans perdre le plus petit centimètre. Au déchargement aussi, il faut être minutieux, précis, rapide et bien évaluer son temps.

Et monter un meuble démonté, qu'on n'a jamais vu avant, ça c'est rude.

 

Bon, alors raconte-nous, ça se passe comment le dem ?

En amont, y'a le devis. Les clients ont le choix, soit on fait tout de A à Z (même emballer les petites culottes), soit on les laisse faire leurs cartons eux-mêmes - qu'on leur fournit - soit on fait un mix des deux en emballant pour eux seulement le "fragile". C'est le plus délicat, les clients n'aiment pas le faire, ou le font mal et à l'arrivée toute la vaisselle est cassée.

Au chargement, nous sommes en général assez nombreux. On démonte les meubles, on emballe, on déplace l'électroménager. Il y a un chef d'équipe (mon mari - grosse fierté) qui donne à chacun un rôle. L'un des gars restent à l'arrière du camion pour charger. Il joue un peu à Tetris en rentabilisant au maximum la place dans la "caisse" (l'arrière du camion).

Après le chargement, en général, les clients nous rappelle de bien faire attention, surtout quand on va en province.

A l'arrivée, si le dem est en région parisienne, nous sommes nombreux, si c'est en province, on est deux ou trois. On décharge en une journée (ou deux si c'est un gros dem) et on repart.

 

Le truc que tu détestes dans ton métier ?

L'attitude des clients parfois. C'est vrai qu'un déménagement c'est cher et qu'on attend un service de haute qualité.Mais parfois, il peut arriver qu'ils tirent sur la corde, par exemple en nous demandant de déplacer trois fois un piano, alors qu'en principe, une fois posé on y touche plus.

Ou les clients désagréables qui nous accueillent en faisant la gueule.

Ah et aussi les gens en ville qui gueulent à cause de nos camions. Oui, c'est gros, oui c'est chiant, mais on n'a pas le choix, faut bien les mettre quelque part.

 

Et le truc que tu aimes ?

Ah, y'en a plein ! Le déménagement en lui-même, j'adore, je préfère ça au transport. C'est le deuxième truc le plus stresant dans une vie après l'arrivée d'un enfant et nous on absorbe un peu de ce stress en assurant. En faisant en sorte que les gens soit bien dans leur nouveau chez eux et rapidement

La route aussi, même si je suis loin de vous et que tu gères tout toute seule. C'est agréable, on voit du pays, on découvre les régions, même si on n'a pas le temps de visiter. Et parfois, quand on a de la chance, les clients nous remercient avec des produits du coin et ça c'est cool.

 

Comment tu fais pour rouler sans GPS ? Et pour conduire ces gros machins ? Ca m'a toujours intriguée.

J'ai commencé à bosser avec mon père tout petit. Je l'accompagnais sur la route, lui, mon grand-père ou mon oncle. Des GPS, y'en avait pas, juste des cartes. Bon, je le prends des fois mais j'essaie de ne pas en dépendre.

Et les camions, Nanette, c'est une question bête : j'ai mes permis poids lourds et super lourds. J'ai appris !

 

Quels conseils tu donnerais à quelqu'un qui déménage ?

De m'appeler ahahaha ! Non, sans blague, de prendre un pro quand ils peuvent.

De bien préparer son déménagement en numérotant les cartons et en indiquant le nom des pièces de la maison où on doit ranger.

De mettre le plus lourd (livres notammant) dans de PETITS cartons et le plus léger dans les GROS. D'emballer le fragile dans de la bulle et pas dans du papier. Toujours prendre un pro pour les pianos, c'est très dangereux de porter ça quand on ne sait pas.

Et ne mettez pas le café en carton. Vous en aurez besoin !

 

Et aux gens qui prennent un pro, tu leur dis quoi ?

De nous faire un petit café quand c'est possible, ce serait sympa. Je pousserai le vice jusqu'au petit sandwich le midi. Ca nous arrive parfois et c'est un vrai bonheur ! Des clients sympas, y'en a plein quand même.

 

Ca fait quoi d'avoir une femme bloggeuse (et trop bonne) ?

Ca fait rien. Je lis jamais ton blog, ou presque jamais. Tu sais que j'ai pas trop le temps et qu'internet c'est pas mon truc. Le blog c'est un truc que j'avais du mal à saisir au début. Le fait que les gens viennent lire ta vie, qu'ils vivent avec nous la naissance de la petite...

Mais je vois que c'est ton truc, ça te fait du bien, donc continue.

 

Tu te mets quand à faire la bouffe ?

Tu changes quand tes plaquettes de frein toi-même ?

 

 

Voilà. Une interview de star pour ma star à moi. Avec ses chaussettes en boule, sa calvitie naissante, ses plaquettes de chocolat, ses beaux mollets, son inaptitude totale à la cuisine.

Des fois t'es bien chiant, mais je t'aime quand même.

 

DSCI0078

Monsieur Nanou - Normandie 2009

Déménagement de la très vieille chaumière familiale

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 14:56

toboggan-xs-hello-kitty-smoby-longueur-de-glisse.jpgAujourd'hui, c'est l'été à Banlieue-sur-Orge. J'ai sorti mes jambes, mon décolleté et j'ai emmené la Fève marcher un peu, dans le but vicieux de l'épuiser pour qu'elle dorme d'un sommeil de plomb. C'est à dire que j'animais une formation par Skype, voyez-vous et que ça ne fait pas très pro de former sur fond de "playmobil playmobil ! caca caca !".

 

Bref. Il faisait beau et chaud sur les bords de l'Orge et, ô joie, ma fille a voulu marcher tout le long du chemin qui menait au petit espace de jeux près de chez nous. Une structure avec deux toboggans, des machins pour grimper. J'aime bien cet endroit, notamment parce qu'il n'y a jamais personne et que je peux lire tranquillou pendant que la petite joue avec les gravillons.

 

Aujourd'hui, donc, j'étais particulièrement motivée pour lui faire gravir une étape très importante de son développement : glisser sur le toboggan.

Je l'ai aidée à grimper, je l'ai hissée sur le toboggan.

 

- Tu es prête ?

- Oui, pouète.

- Maman te lâche d'accord ?

- D'accô !

 

Fiouuuuuuuu, elle s'est laissée glisser... en hurlant de peur. Aïe. Je l'ai rassurée, embrassée, câlinée. Elle ne voulait pas recommencer. Pour le permis toboggan, c'était mal barré.

 

J'ai donc décidé de glisser avec elle. Je suis montée derrière elle. Attention, top départ !

Et là, le drame. J'ai glissé, glissé. Sauf que je ne me suis pas arrêtée. Ces toboggans en métal sont drôlement glissants.

 

Vous l'aurez compris, j'ai fini le cul dans les gravillons. La Fève était bien à l'abri sur mes cuisses dodues. Evidemment, bien évidemment j'étais en robe. Courte.

Je peux vous dire que les gravillons, ça fait vachement mal. Surtout quand ils sont petits et qu'ils s'incrustent dans le gras de... vos fesses.

 

J'ai regardé à droite, j'ai regardé à gauche. Personne. Ouf, l'honneur était sauf ! Personne, personne ne saura jamais. La Fève ne s'était rendue compte de rien (grâce à mes fesses qui décidément, sont bien bonnes). Que je croyais.

 

- On ya va ma louloute ?

- Tombée maman ! Tombée, tombée, tombée maman !

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:44

Comme les doigts de la main-1224Combien de matins à chantonner au dessus de la table à langer ?

 

Combien de soirées à répéter sans cesse les mêmes mots ?

 

Combien de comptines INVENTEES pour elle ?

 

En toute modestie, je me dois de vous livrer la dernière :

 

"J'ai uneuh petiteuh main et sur cette petiteuh main, j'ai cinq doigts : le pouce, l'index, le majeur, l'annulaire et l'auriculaiiiiiiiire qui est tout tout petiiiiit" (prendre une voix de débilus maximus gaga pour plus d'émotion dans l'interprétation).

 

Comme pour mon fils ainé, j'ai à coeur que ma fille connaisse ses doigts. Pourquoi les doigts et pas les couleurs, les matériaux ou la différence entre chouette et hibou ? Parce que. C'est comme ça voilà.

 

Dimanche, elle aura deux ans, vendredi, son père en aura 31, et elle nous a fait ce cadeau. Comme un pansement sur mes petites plaies actuelles, comme pour me dire "allez Maman, bouge-toi le cul !"

Ma fille, cette petite chose blanche et blonde complètement shootée à l'Ane Trotro (l'ami qu'il vous faut) a franchi ce cap.

 

Ladies and gentleman, ça s'est passé ce matin :

 

"Allez, on chante la comptine ! (ne met pas ton pied dans ton caca enfin ! - dis donc, ça pue ton truc), j'ai une petiteuh maiiiiiin et dans ma main, il y aaaaaa...."

 

- Le POUCHE...

 

- (sanglots étouffés)

 

- L'INDECHE

 

- (larmes à l'oeil)

 

- Le MAZEURRRR

 

- Le NULAIRE

 

- (ah mon dieu !)

 

- Et l'ICULAIRE. I Pieure, l'est petit petit.

 

- (vite vite, un xanax !)

 

 

Folle de joie, j'ai appelé son père et je n'ai eu droit qu'à un "super ! je conduis là, y'a les flics !". C'est tout. Scélérat. Gougnaffier.

 

Moi je jubilais, je voulais faire quelque chose. Réagir. Cette enfant est surdouée !!!

 

Alors, je suis allée sur internet et j'ai décidé de l'inscrire au bac, en candidate libre.

La suite en juin prochain, on révise les couleurs là.

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 08:00

boum-1980-05-g.jpgIl parait qu'on ne dit plus le mot boum. Dommage.

 

Samedi, le Haricot était invité à un anniversaire. Celui d'une fille. Dans la semaine, j'ai demandé où était le carton d'invitation avec l'horaire et le numéro des parents dessus, pour que je puisse confirmer sa venue et savoir si les parents n'étaient pas drogués (chose que je détecte d'un simple coup de fil).

J'ai appris qu'on ne fait plus de cartons d'invitation en cinquième, en tout cas pas cette fille-là. Bon.

J'ai insisté un peu, tout de même, j'ai le droit de savoir où il va, d'avoir un numéro non ? Si.

 

J'ai eu droit à quelques mots griffonnés sur un bout de papier. "Je t'invite à mon anniv', le samedi 23 - 3 rue du Chien qui pue - Appelle-moi au 06 XX XX XX XX".

Rien d'autre.

 

Jeudi, j'ai osé déranger mon ado pendant qu'il lisait son énième volume de One Piece - ou était-ce Fairy tale, Dragon Ball Z ou Full Metal Alchemist ? - pour lui demander ce qu'il comptait offrir à la petite morue qui l'avait invité sans carton d'invitation.

 

- Elle veut du Séphora ! Tu sais où c'est Séphora ?

 

 

Elle veut. Non mais elle se prend pour qui ? "Du Sephora", j'ai fait remarqué à mon premier-né que ça ne veut strictement rien dire du Séphora. Elle voulait quoi cette petite : du parfum, du maquillage, des boules de bain, une pince à épiler ?

Finalement on a pris un coffret avec un peu de tout ça dedans.

 

- Si ça ne lui plait pas, elle peut échanger ? a demandé mon fils à la vendeuse.

- Ca lui plaira ! j'ai répondu. A son âge, j'aurais bien aimé qu'on m'offre du Bare Minerals hein.

 

Le Haricot a mis une heure à trouver comme s'habiller. J'ai suggéré un sweat épais parce qu'il neigeait, il a mis un t-shirt noir assez fin. Il rigolera moins quand il se mouchera trois fois par jour.

 

J'ai délégué à Monsieur Nanou la mission taxi-boum. Il fallait passer chercher le petit Valentin qui allait aussi à la boum, enfin, à l'anniv'.

De retour à la maison, il a dit que c'était une mini-boum, 4 filles, 4 garçons.

 

- Tu as vérifié que les parents étaient là ?

- Non.

- Je te l'avais demandé pourtant !

- Tu t'inquiètes pour rien, bon, je vais me reposer.

 

Il verra celui-là quand ce sera sa fille.

 

A 18h00, il est allé chercher le Haricot. Finalement, les parents étaient là au début, puis sont partis, puis revenus.

 

Il n'avait plus faim pour le dîner, il avait l'air content. Monsieur Nanou l'a chambré un peu :

 

- Alors, tu as pécho ?? ahahaha ! (très drôle).

 

Moi je me sentais un peu bizarre. Il n'avait clairement pas envie d'en dire trop sur son samedi après-midi. J'ai juste demandé :

 

- Alors, cette boum, c'était bien ?

 

- C'était mortel ! Mais je t'ai déjà dit, on dit plus boum, Maman.

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 08:00

V

v.jpg

 

 

Surveillez vos enfants.

 

Le message laconique scotché sur la porte de la crèche terminait comme ça : Surveillez vos enfants.

Pareil que ces messages d'alerte aux poux sur les portes vitrées des écoles. Anxiogènes, angoissants, terrifiants, ils résonnent en nous comme l'affiche des Gremlins dans les années 80 :

 

"Ils" sont de retour. Surveillez vos enfants.

 

J'ai embrassé mon bébé et je suis allée travailler ce matin-là. Ce fut une bonne journée comme d'habitude. J'ai oublié le message d'alerte.

 

Et puis un soir, j'y ai repensé. Depuis que ma fille dort, j'ai plus de temps pour penser, c'est cool.

La Varicelle. J'ai pris mon carnet de santé bleu marine (tape dans tes mains si toi aussi tu es né dans les années 70-80), tout vieux, tout simple (et pas sponsorisé par Nestlé) et j'ai vérifié à tout hasard.

Mais c'était vraiment une formalité parce que je m'en souviens bien de la Varicelle moi. Je l'ai refilée à ma soeur qu, pour se venger, m'a refilé la rougeole deux mois plus tard (oui je suis de la génération qui attrapait la rougeole, ça nous rajeunit pas).

C'était sympa comme expérience. Des boutons, du sirop Polaramine et de l'éosine. On avait 5 et 8 ans.

 

Le Haricot lui, il l'a eu à 2 ans. Nous vivions tous les deux à l'époque et j'avais réussi à convaincre une amie de nous emmener à la ferme de Villetain cueillir desfraises. J'ai découvert un bouton. Puis un autre une heure plus tard.

D'heure en heure, il s'est couvert de vésicules.

 

J'ai repensé à mon amie Sabine et à la Varicelle Puissance 3 qui a frappé sa petite famille de plein fouet. C'était pas de la rigolade, croyez-moi (ou plutôt croyez-la).

 

Après j'ai pris le carnet de santé de Monsieur Nanou (bleu marine aussi). Il ne l'a pas eu. Il y est noté par contre que son frère (qui a 5 ans de moins) l'a eu, sans le contaminer. En tout cas pas de manière visible.

Peut-être qu'il est immunisé. C'est sûr, il est immunisé. Il parait que la varicelle chez l'adulte, c'est costaud. Genre fièvre et courbatures en plus des boutons.

 

Depuis, je prie. Pourquoi je prie ? Va vite lire ce billet, tu comprendras pourquoi.

 

 

P.S : Trois petits boutons sont apparus sur le ventre de la Fève la semaine dernière. Puis plus rien.

Ce week-end, il y en a 3 autres, un peu plus bas. Alors V ou pas V ? Telle est la question.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:10

Tel des plantes (exotiques alors), mes petits poussent, poussent, poussent. En silence ? Non, faut pas déconner. Mais je trouvais que c'était un bon titre (en plus j'adore l'émission).

Ils cohabitent désormais dans la même chambre, pas le choix. Et ça se passe plutôt bien, malgré quelques micro-réveils.

Le bilan de mes chronophages, c'est tout de suite...

 

 

La Fève, dite Petite Madame, bientôt 22 mois. 9 kg et des brouettes. Blonde. Bouclée. Belle.

La Fève, ma douce chérie, est un petit gabarit. Elle qui était un bébé assez potelée, peine à dépasser la barre des 10 kilos. La pédiatre est un peu soucieuse, mais pas moi. Elle stagne en poids, et alors ? Elle mange et elle s'épanouit bien, sa courbe n'est pas "cassée", pas d'inquiétude.

Ses petites cuisses se sont bien affinées et son petit cou se dessine enfin (on est bien d'accord qu'avant un an, un bébé n'a pas de cou !). Il faut dire qu'elle marche, marche, marche. Sa démarche est encore bien fragile, parfois on dirait qu'elle a bu trop de mojito, c'est adorable.

 

Elle commence à parler. On ne saisit pas tout mais elle sait se faire comprendre sur des trucs essentiels : le "bibi" d'eau ou de jus de fruits, Trotro (l'âne trop trop rigolo), les animaux, les gâteaux.

Par contre, pour dire jambon, elle dit "maman", je ne sais pas comment je dois le prendre.

 

Les nuits se passent toujours aussi bien, pourvu que ça dure... Le rituel des animaux est toujours aussi efficace, y compris après un petit réveil.

Elle va à la crèche une fois par semaine, le mardi. Elle adore ça, même si elle a du mal à rester à table avec les autres, à partager les jeux. Elle a adopté là-bas un doudou dont elle n'a pas besoin à la maison et elle réclame souvent d'être dans les bras des puéricultrices.

 

Elle ne tète plus. Je crois que je suis arrivée au bout de mon allaitement et j'en suis heureuse. Parfois ça me manque mais c'est aussi un vrai plaisir de se câliner juste comme ça, sans rien déballer.

C'était pratique, agréable, magique, unique d'allaiter pendant 21 mois. C'est terminé, c'est ainsi, c'est accompli.

Elle n'a pas remplacé le sein par du lait. Chaud ou froid, ça ne passe pas.

Du coup, le petit déjeuner est un peu casse-tête, on teste un peu tout : jus végétaux, yaourts, céréales...

 

Le Terrible Two nous guette. Cette petite fille a beau être d'une beauté époustouflante (sa mère est un canon parait-il. Hum), elle hurle à la moindre contrariété. Non, stop, arrête, laisse : autant de mot qui sont capables de déclencher un conflit mondial. Hiroshima c'est de la gnognotte à côté.

 

Images-112010_012011-1045.JPG

Noël 2012.

 

Heureusement, pour occuper ce tempérament explosif, nous avons un atout majeur...

 

Le Haricot. 13 ans au mois de mars (sanglot). Poids inconnu. Taille inconnue (mais me dépassera bientôt. Sanglot). Chausse du 40 (bordel).

Le Haricot est un paradoxe. Il casse la baraque en cours et il aime l'école. Il est un peu je m'enfoutiste sur les bords, donc je dois veiller au grain sinon il se relâche un peu. Il a de grandes facilités et comme sa mère, c'est un rat de bibliothèque.

MAIS, c'est un grand bavard. Il papotte sans arrêt au point d'énerver un peu ses profs. Mais sa répartie et son humour les déconcertent un peu : on le punit ou pas ce Haricot ?

 

Je suis parfois un peu (trop) sévère avec lui. C'est un ado, c'est vrai et j'oublie parfois que j'en étais une il n'ya pas si longtemps (bon, y'a 15 ans...). Je me fais peur, quand je le reprends, quand je rouspète : JE RESSEMBLE A MA MERE. (sanglotS).

 

C'est un beau mec mon fils. Les bagues qu'ils portent et qui me ruinent tous les 3 mois font des miracles. Ses dents sont bien alignées, encore quelques mois et on pourra enlever ce truc.

Il est grand et fin et lentement mais sûrement, il se crée son style.

Désormais, il faut lui acheter des boxers. Peu importe si les slips sont en promo. Les boxers, c'est mieux.

Il a renoncé à porter son pantalon sous les fesses (dieu que c'est laid !), mais il prend bien son temps le matin pour choisir ses jeans, son sweat, le tish qui va en dessous.

 

Il devient difficile de lui couper les cheveux. Je coupe trop court selon lui, alors je laisse ça à son père. Il lui fait un truc un peu fashion mais pas trop. Quand on regarde bien, il laisse juste un demi centimère de plus que moi hein.

 

Il veut organiser une boum pour son anniversaire. Mon beau-père a proposé de prêter sa maison.

"Tant mieux, je pourrais inviter au moins 25 personnes !". Au secours.

 

Images-112010_012011-0766.JPG

Ils ont l'air sympas comme ça hein ?

Partager cet article
Repost0