Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 10:15

la-bonne-du-cure.jpgAujourd'hui ça fait six mois que je porte ma fille. J'entre dans le dernier trimestre de ma grossesse. J'arbore désormais un ventre encore plus gros, toujours bien tendu et qui pointe vers l'avant ("oh ça c'est un p'tit gars !").

J'aime être enceinte mais je n'adore pas. Cette grossesse à 28 ans est beaucoup plus difficile qu'à 18 (17 ans et onze douzième pour être exacte). J'ai accouché du Haricot le 12 mars, le 6, je courais encore derrière le bus pour aller au lycée et j'assurais encore mes baby-sittings pour me faire des sous, portant des moutards de 18 mois dans les bras ! Il est vrai que, dixit ma sage-femme, je n'ai été enceinte qu'un mois, d'où ma forme olympique.

Aujourd'hui, à 28 ans, mariée et enceinte en MAP, j'voudrais bien pouvoir faire toutes ces choses que je faisais les doigts dans le nez, mais j'peux point (ah comme j'aime mon titre - on a les références musicales que l'on peut)...

 

J'voudrais bien pouvoir me couper seule les ongles de pieds et me faire une bonne pédicure (mes talons, comment dire...)... mais j'peux point ! De toute façon, quand je suis debout, je ne vois plus mes pieds !

 

J'voudrais bien mais j'peux point m'épiler le fri-fri, je veux dire l'épiler correctement. Grand moment de solitude, assise, miroir en main avec ma cire chaude... Évidemment, le résultat a donné une épilation parfaitement asymétrique. Depuis, j'ai renoncé et gardé mes frisottis latéraux. Prochaine étape : trouver une esthéticienne à domicile ! La bonne nouvelle c'est que depuis que je suis enceinte, j'ai ZERO poil aux jambes (j'en avais peu à la base).

 

J'voudrais bien pouvoir faire une balade sans m'essouffler au bout de 100 mètres... mais j'peux point. C'est bien simple, je suffoque comme un hippo asthmatique. J'ai tout plein d'amis maintenant : "Oh bah elle se sent pas bien la dame enceinte ??". J'voudrais bien mais j'peux point !

 

J'voudrais bien pouvoir arborer fièrement mon alliance... au doigt ! Mais j'peux point. Depuis le mois dernier, je la porte sur une chaîne autour de mon cou. Mes doigts ont grossi, retrouveront-ils leur taille initiale ? Tous ces efforts pour débusquer un mec chouette, l'attraper au lasso, le dresser correctement à faire tout un tas de tours (l'aspirateur étant le plus spectaculaire) et le forcer à m'épouser... tous ces efforts et ne pas pouvoir hurler à la face du monde : "Look ! The ring !" (copyright "La vérité si je mens"). Depuis, je file un coup de ventre à quiconque m'appelle Mademoiselle !

 

J'voudrais bien faire les boutiques, rien à voir avec les soldes. Il y a près de chez moi un magasin "Troc Bébé" qui vend des tas de trucs pas chers et j'peux point y aller. Malgré le froid, la saison des brocantes bat son plein en Essonne et je ne peux pas aller faire de razzia sur des lots de fringues de bébé filles à prix sacrifiés...

 

J'voudrais bien mais j'peux point m'habiller toute seule, mettre mes pompes toute seule (les bottes, c'est carrément de l'utopie !), mais j'peux point, utérus hyper-contractile oblige ! Quand je me baisse, je contracte illico. De toute façon, j'arrive pas à me baisser.

 

J'voudrais bien mais j'peux point assurer un câlin 4 étoiles comme avant. Ah, j'tavais pas dit ! Pour fêter nos 5 ans d'amour, j'ai eu un gros bouquet et un gros câlin (sur ce blog, je raconte aussi ma vie seskuelle). Mon mari a enfin consenti, ouf ! Mais force est de constater que j'peux point me mouvoir comme avant. Nanette, reine de la nuit... on la reverra cet été si tu veux mon avis !

 

J'voudrais bien que ma fille remonte un peu plus haut dans son appart', mais j'peux point la convaincre et j'peux point faire les exercices qui permettraient d'arranger les choses. Toujours l'utérus contractile toussa toussa...

 

 

J'voudrais bien, ouin ouin ouin, mais j'peux point ! *

 

 

 

* La Bonne du curé, Annie Cordy (que celle ou celui qui pense que j'ai des références musicales de merde passe son chemin. Claude Barzotti for ever, et pis c'est tout !).

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 08:00

 

Souvent (mais pas tout le temps), ils sont les premiers à se transformer au début de la grossesse. Ils sont sensibles, douloureux, tendus, gonflés... Moi, pendant trois mois, des charbons ardents on remplacé mes tétons. Je supportais rien, même pas le contact avec mon t-shirt...

Et ils ne cessent de grossir au fil des mois. Ils ne sont pas plus beaux pour autant, bien au contraire. Les veines sont bien visibles sous la peau, réseau sanguin de couleur verte... C'est beau une femme enceinte !

Quel que soit le choix de la future maman, les seins d'une femme se préparent à allaiter (ouaaah le scoop !). Les miens sont au taquet depuis plusieurs semaines : une petite pression (ou pas d'ailleurs) et il en sort un liquide transparent ou translucide pour le moment (c'est pas du lait hein, attention ! dixit ma sage-femme). Ça me fascine, le corps c'est pas comme un mari : il sait exactement ce qu'il a à faire et quand !

 

Ça pourrait s'arrêter là... Mais le mamelon (enfin l'aréole) se transforme aussi. Si tu l'avais petit et bien clair, il s'élargit et devient plus sombre. Ça t'intrigue, c'est pas forcément beau. Il se prépare aussi le mamelon, des fois qu'une bouche se mettrait à le gober toutes les deux heures.

Donc, si tu es un modèle blanc, ton mamelon (et ton téton) devient beaucoup plus rose foncé. Si comme moi, tu es un modèle métissé, le capuccino laisse la place au chocolat noir. Mais c'est pas grave, y'a que ton mari (ou ton mec) qui le voit ça. Pas de risque de te taper une réflexion à la con ! Que tu crois...

 

Nanou : Tes seins ne grossissent plus on dirait !

 

Nanette : Non, plus trop, c'est vrai. En tout cas, ils ne me font plus mal... (sous entendu : tu peux donc les toucher bordel !)

 

Nanou : Par contre, les trucs-là, ils ont changé !

 

Nanette : On dit les mamelons chéri. Ah bon ils ont changé ?(sous-entendu : et ça t'excite ? gniark gniark gniark !)

 

Nanou : Ouais je trouve qu'ils sont plus larges et plus foncés. On dirait des Pépito !

 

 

pépito

 

Ceci est donc ma leçon n°3

 

Seins (pendant la grossesse) : Partie du corps de la femme pouvant grossir démesurément et changer d'aspect physique pendant la grossesse, entraînant étonnement, admiration et réflexion de son entourage ! Particulièrement de la part de son conjoint primipare.

Note du dico : En aucun cas, mes mamelons ne ressemblent à des Pépito. Bien cordialement. Nanette.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 08:00

Les p'tites phrases, on y a droit souvent après la naissance. Je suis d'ailleurs persuadée que j'écrirai ici un billet sur les p'tites phrases post-partum. Tu ne vois pas de quoi je parle ? Allez, réfléchis un peu !!

Les bras par exemple ! Tout le monde sait qu'un nourrisson d'un mois, on doit le laisser hurler dans son berceau sous peine d'en faire un enfant gâté pourri !

Et puis, il y a les "je peux le prendre ??" intempestifs, notamment quand le bébé dort à poings fermés. Ma palme d'or, pour le Grand Haricot étant : "Tu ne fais pas tes bibs avec de l'Evian ??" Parce que l'Evian, tu vois, c'est ce qu'il y a de mieux pour les bébés. Peu importe si ça coute un bras et s'il existe d'autres eaux moins chères et aussi bonnes.

 

Les p'tites phrases, en ce moment, je ne les supporte pas. Elles me font parfois détester des personnes que j'aime bien à la base, c'est ballot ! Avec les fêtes, j'en ai entendues de belles ! Il y en a qui font rire jaune et d'autres qui appuient bien là où ça fait mal. Sur ces petits points sensibles qui déjà turlupinent la future maman... Petit florilège commenté par mes soins :

 

Ooooh, mais y'a un bébé qui arrive à c'que je vois ! Vous avez déjà un grand, c'est quand même dommage de les avoir faits si éloignés ! (les enfants c'est comme les chiots, ils doivent jouer ensemble)

 

Et comment vous allez faire pour la chambre ? Ils vont devoir partager la même ? Quand même, ils ont onze ans de différence ! J'aurais pas fait ça moi ! (alors on va vendre notre appart à perte rien que pour tes beaux yeux !)

 

Ah parce que la petite va dormir dans votre chambre au début ? Moi je n'aimerais pas avoir mon bébé dans ma chambre ! (et moi j'aime pas les andouillettes, pourtant je fais chier personne !)

 

Vous comptez l'allaiter ? L'allaitement c'est dur, on dit qu'on va tenir et puis on ne tient pas. Enfin, bon, vous faites ce que vous voulez hein ! (et ouais, je fais c'que j'veux !)

 

Tu veux pas de péridurale ? T'es dingue ! Faut vraiment être cinglée, on est en 2010, aujourd'hui, on ne souffre plus en accouchant ! Si AU MOINS c'était par conviction ! (ça m'apprendra à l'ouvrir sur ce sujet !)

 

Tu as de la chance ce coup-ci tu seras pas fille-mère ! (sympa...)

 

Alors le Haricot, t'es content d'avoir bientôt une p'tite soeur ? Surtout, faut pas être jaloux d'elle, même si au début, personne ne s'occupera de toi, ça veut pas dire que maman t'aime plus ! (s'il n'y pensait pas, c'est chose faite ! merci du cadeau !)

 

Comment ça t'as mal au dos ? Anémiée aussi ? Attends, mais profite quoi ! Moi je donnerai tout pour revivre cette période. Si t'aime pas être enceinte, ton bébé le sentira. (Finir à 4 pattes en faisant la cuisine, c'est clair, c'est le pied !)

 

Il a l'air fatigué Monsieur Nanou... Vous auriez tout de même pu attendre les beaux joursvpour faire les travaux, il est crevé le pauvre ! (mais oui, on aurait percé les murs avec bébé qui dort à côté, quelle bonne idée !)

 

Et alors ce prénom, c'est quoi ? Z'êtes chiants à pas vouloir le dire ! (Cunégonde, ça vous va ?)

 

Une chambre pour deux enfant, c'est quand même pas l'idéal ! Le Haricot va mal le vivre... (ça me fait tellement de bien d'entendre ça...)

 

T'es enceinte, t'es pas malade ! De mon temps, on arrêtait pas les femmes pour si peu ! (je simule une sciatique, c'est mon jeu préféré !)

 

 

Y'a de tout : de la gardienne d'immeuble, de la belle-mère, de la copine... Ca t'a plu ? A ton tour, balance-moi tes p'tites phrases entendues pendant ta grossesse !!

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 08:00

Tout d'abord, laissez-moi danser vous souhaiter une très bonne année 2011.

De l'amour, de la joie, la santé, de la thune, mais surtout la santé hein ! Avec un peu de thunes par-dessus, ça serait pas mal !

 

 

Le-blues.jpgJe n'ai jamais été enceinte ET en couple. C'est la première fois. Je trouve ça assez grandiose comme concept, le bébé, le mariage, la famille toussa toussa.

C'est pas pour faire ma malheureuse mais être enceinte et toute seule, c'est vraiment trop con et trop triste. Ça m'a traumatisée et causé un paquet d'obsessions du genre :

 

"Si tu n'es pas là à TOUS les rendez-vous, c'est que tu ne m'aimes pas, que tu n'aimes pas le bébé, que tu n'aimes personne et que tu vas me quitter !"

 

"J'ai acheté des choses pour notre fille. Je VEUX que tu les regardes et que tu kiffes autant que moi cette robe parme avec une girafe dessus !"

 

"Finis-moi cette salopoerie de cuisine fissa que je puisse me consacrer à modifier la chambre des gosses !"

 

Heureusement, mon mari n'est pas seulement un handicapé de la casserole. C'est aussi un trésor de patience et d'amour qui a su surmonter mon caractère de chien des trois premiers de grossesse. Il fait tout ce que qui est écrit ci-dessus et en plus il aime ça...

 

Par exemple, il prend toujours une demi-journée pour aller aux rendez-vous chez le Dr Turc avec moi. Je fais exprès de lui prendre la main devant tout le monde en exhibant fièrement ma grosse alliance (que je ne peux désormais plus porter, rapport à mes doigts boudinés). Celui-là c'est mon mari les filles, z'avez pigé ? MON MEC. Il m'aime, et puis c'est tout.

 

Et pis aussi, j'adore quand Monsieur Nanou rentre du boulot et vient tout de suite me caresser le ventre, en appelant sa fille par son prénom ou par tout un tas de petits noms "ma douce, ma belle, ma poupée". Je ne dis rien du tout sur le fait que tous ces petits sobriquets choupis m'étaient destinés autrefois. Il aime déjà sa fille, c'est tellement touchant...

Cerise sur le gâteau, La Fève réagit aux caresses de son père et à sa voix. Il adore regarder les vagues qui se forment sur le dessus de mon ventre et lui demander gentiment de se calmer, pour me laisser manger en paix.

 

Depuis quelques semaines, il est d'une tendresse infinie avec moi. Il se rend encore plus compte de mon ventre qui grossit quand il part 2-3 jours en déplacement.

Le soir, à l'heure de se mettre au lit, il me prend doucement dans ses bras et parle ENCORE à sa fille. Y'a pas à dire, c'est attendrissant. Après, il m'embrasse tendrement, je retrouve ma place dans "mon creux", le creux de son bras. Et nous dormons. On frôle le tableau de la Sainte Famille. Tu sens, chère lectrice, cette odeur de bons sentiments et de guimauve ?

 

Donc, nous dormons. C'est chouette le sommeil réparateur. MAIS, je rappelle que nous sommes mariés depuis trois mois seulement. Que malgré une sciatique et un utérus un peu contractile, je suis toujours très amoureuse. Fatiguée, anémiée, mais amoureuse.

Flashback de la fin de mon premier trimestre de grossesse, en cliquant ici. Si tu te souviens bien, j'avais entamé le mode "chaude comme une baraque à frites" (copyright mon Alorom adorée). Mon mari était RAVI. Pas de voyage de noces, mais une femme douce, amoureuse et avec des seins plus gros !

 

Mais depuis... Il a senti sa fille bouger sous ses mains. Il a vu de petites bosses se former sur mon ventre. Il a senti une masse ronde et dure sous ma peau (tête ou fesses ?), une masse qui se déplace. Il y a de la vie là-dedans. Un morceau de lui qui grandit, qui entend sa voix, qui réagit à ses mains. Elle ENTEND, elle entend tout. Elle sent nos mains à travers l'utérus. Ça a travaillé tout ça dans la tête de mon mari tout neuf. Mon mari primipare qui n'avait jamais touché une femme enceinte de sa vie. Et puis c'est arrivé.

 

Ça a d'abord été la fatigue. Puis les travaux de la cuisine. Puis ma sciatique, il ne fallait pas trop solliciter mon dos.

Et à force de persuasion, il a fini par accoucher. Dans la douleur et sans péridurale, il m'a avoué que la petite, SA petite fille, sentait probablement tout ce qui se passe (moi je dis : GROS VANTARD). Ça pouvait lui faire du mal. Pire que ça, elle entend. Et puis mon ventre, il avait peur de l'écraser. Je te passe l'anecdote stupide sur le possible traumatisme crânien de notre fille s'il pesait trop sur mon ventre aka l'appart' de la Fève.

 

Eh ! Je te vois venir, toi là-bas ! Evidemment j'ai suggéré de faire en sorte que mon ventre ne soit pas écrasé. J'ai plus d'un tour dans mon sac. J'ai suggéré une direction à l'est des plus agréables (en plus j'ai des copines vers Strasbourg), et plein d'autres trucs... QUE DALLE. Il a pas voulu non plus.

Évidemment, j'ai laissé traîner des articles, des bouquins qui expliquent que NON, c'est pas grave, qu'on peut toujours, que c'est même recommandé... QUE DALLE.

 

Depuis, je chante le blues. Le blues du fri-fri. Et je compte. Il me reste 3 mois et demi de grossesse. Ensuite, il faudra attendre la fin des lochies, le repos réglementaire de mon fri-fri endolori,  le retour de nos libidos respectives et que cette nouvelle petite fille daigne dormir une petite heure et nous laisse le temps de...

 

Je chante le blues du fri-fri en regardant l'objet de tous mes désirs dormir paisiblement. Et dans ma nuit noire de solitude et d'abstinence, ma voix retentit :

 

"Quand te reverraiiiiiiiiiiiiii-jeeeeeeeeeeeee Zizi merveilleuuuuuux...."

 

Je suis très malheureuse. Je songe très sérieusement à m'acheter un jouet.

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 08:00

 

Je l'ai vue pour la première fois dans une boutique de puériculture. J'ai lu attentivement l'étiquette et l'écriteau pour vérifier qu'elle répondait bien à toutes sortes de normes et surtout pour pouvoir affirmer à Monsieur Nanou que c'était Elle qu'il nous fallait...

 

Après j'ai vérifié quand même les trucs de base : pliage, poids, volume, volume dans la voiture (très important, n'oublie pas que j'ai une 106 et que mon mec a une voiture plus grosse, plus belle et plus récente, le chameau).

Elle avait toutes les qualités.

 

Après j'ai réfléchi et j'ai fait mon introspection. Est-ce que je la voulais pour moi ou pour ma fille ? Est-ce que je n'étais pas complètement séduite par son physique au point d'oublier son prix faramineux ? Si. Il faut dire qu'elle est grise et parme, enfin pas tout à fait parme... un genre de bleu violine très tendre. Elle est belle. C'est une magnifique poussette.

 

Je me suis souvenue de ce que j'ai dit à Monsieur Nanou quand on a su que j'attendais un bébé :

 

- Avec moi pas d'inquiétude chéri, je ne me ferai pas avoir par leurs trucs hors de prix. MOI j'ai déjà eu un bébé, donc je sais qu'on n'a pas besoin de trucs hyper chéros !

 

 

Que je disais. C'était avant de voir MA poussette. Soyons franches les filles, la moitié des trucs qu'on achète pour nos petits parasites intra-utérins, ça nous fait plaisir à nous. Si ça répond en plus aux normes de l'Europe et d'ailleurs et si ça ne sectionne pas un doigt du bébé à chaque utilisation (je rappelle, à toutes fins utiles qu'un bébé n'a que 10 doigts), c'est tant mieux.

Oui, si j'écris tout ça, c'est pour me déculpabiliser d'avoir envie d'une poussette aussi belle qu'encombrante et aussi charmante que chéros. Mais y'a la nacelle et le siège auto avec, ça compte non ? En plus, la Fève dormira dans la nacelle les premiers mois, tout près de nous. Ca va la rentabiliser la nacelle, non ?

 

Regarde, elle est pas choupi MA poussette ? Elle a envie que je l'achète, je l'entends, elle me chuchotte amoureusement :  "Fuck le banquier ! Achète-moi ! Je suis belle, sure et pratique. Je ne suis pas très chère, beaucoup moins chère qu'une voiture..."

 

Pliko-P3-Lavanda.jpg

 

Elle est belle hein ? Elle est chère en magasin... Alors j'ai fureté pour la trouver sur internet... Beaucoup moins chère... C'est un argument !

 

Monsieur Nanou la trouve chouette, mais il se sent un peu déboussolé par tous ces achats à faire... Je dois le convaincre.
J'ai pensé au sexe, je suis une femme quand même. Mais c'est pas gagné... j'en reparlerai...

J'ai un autre argument de poids : je roule en 106 sans direction assistée, il est hors de question que ma fille n'ai pas sa BM pour bébé ! Nanmého !

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 08:00

Sugar-Baby.gifÇa fait bien 5 mois qu'on parle de moi ici, l'heure est venue pour moi de prendre la parole ! Et de vous raconter ma première fête.

 

Mardi matin, elle m'a réveillée tôt ma mère, pour aller à l'hôpital qu'elle m'a dit. On allait lui faire boire du sucre (kézako ?) et vérifier que je vais bien (y'en a marre, c'est tous les deux jours maintenant*). J'étais un peu en pétard parce que je n'ai rien eu à manger. Où sont passés mon fromage frais, mon pain, mon seul café de la journée ? J'étais en pétard, donc je n'ai pas voulu bouger quand elle m'a dit bonjour ! Ça lui apprendra ! En plus, je sais bien qu'elle s'inquiète quand elle m'appelle et que je ne réponds pas... Je suis une foetus de 5 mois et je suis déjà une peste !

 

J'ai bien compris qu'on était dans la 106, je reconnais bien. Ça balance plus que dans la voiture de mon papa et puis une fois, j'y suis restée quatre heures de suite avec Maman.

Ensuite on s'est assises toutes les deux, j'ai pris ma place préférée : sur la vessie de ma mère !

 

J'ai entendu une voix, mais ça n'était pas Maman, ni Papa, ni mon frère. J'ai senti Maman se crisper un peu et mettre une main sur moi. J'ai bien reconnu qu'on venait de la piquer. Ensuite, elle m'a donné à boire beaucoup beaucoup d'eau sucrée.

 

Et là, comment vous dire... J'ai eu une de ces pêches ! J'ai fait des sauts, je me suis retournée vingt fois et j'ai joué au trampoline sur la vessie de Maman ! C'était génial ! Je sais pas pourquoi ça m'a fait cet effet, mais j'ai continué comme ça pendant toute l'heure où Maman est restée assise !!! Ensuite, on a repiqué Maman, mais ça ne m'a empêché de danser... Et j'ai dansé, c'était super. Je crois que Maman voulait rester calme et lire un peu mais bon... c'est pas grave, moi j'ai bien déliré !

 

 

Ouais, elle a déliré la gosse ! C'est peu de le dire. Ce test de glucose c'était rien du tout, en tout cas pour moi. Un demi-litre d'eau sucrée bu en deux minutes. Voilà c'est tout.

Pour ma fille, en revanche, c'était la rave-party utérine, le shoot d'extasy foetal, le mojito dans le liquide amniotique !

Elle m'a littéralement labourer le ventre cette sale môme ! Et ça n'avait rien d'agréable pour une fois ! Le sucre à jeûn, ça ne m'a rien fait. Mais avoir une armée de Mini-Pouss dans le ventre, ça, je l'ai senti passer...

 

Elle s'est calmée à midi la bougresse... C'était pas faute de la sommer d'arrêter, elle s'en foutait... Allez dire à une foetus délinquante de s'arrêter de martyriser sa mère...

Alors j'ai fait quoi ? J'ai attendu, parce qu'appeler son père pour qu'il pousse une gueulante, c'était niet. Déjà qu'il supporte pas quand le médecin appuie un peu fort sur SA fille...

 

Et dire qu'il y a dix ans, ce test n'était pas prescrit aux femmes... Ah le progrès !

 

 

*La Fève est effectivement monitorée tous le deux jours en raison de mon anémie sévère. Je ne me sens pas plus fatiguée que d'habitude, mais je manque à peu près de tout dans mon sang. Donc, on surveille si Mistinguette grandit bien et si son coeur est toujours une pompe de compèt' ! Jusqu'ici tout va très bien, elle grandit et grossit, elle gigote et tricote son cordon. Comme diraient Dr Turc et ma sage-femme : mon corps est une machine d'une intelligence supérieure. Il travaille essentiellement pour ma fille. La maternité est un don de soi... gnagnagnagna !!!

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 12:05

 

pas-en-forme.pngQuand Nanette est malade :

 

Je ne parle pas de mon opération du pied de la mort qui tue, avec morceaux de métal bionique au niveau du gros orteil.

Nan, je parle d'un truc tout simple... genre la grippe ou un gros rhume par exemple ?

 

Donc, quand je suis malade, je passe de mauvaises nuits (ça c'est un scoop). Nez bouché, gorge en feu, fièvre. Mon mari dort à côté de moi... Il se lève tôt le matin, petit ange, alors chuuuut, pas de bruit.

Alors, discrètement, je toussotte (dieu que cette gorge me gratte !) je me lève sans allumer la lumière (je me cogne le pied sur le coin du lit, aïe !), je vais me moucher aux toilettes, je me fourre le nez avec de la crème Vicks, je respire enfin. Quand vraiment j'en peux plus (et que je ne suis pas enceinte), je vais jusqu'à me faire un grog à l'antillaise (sommeil  garanti !).

 

Pendant ce long moment de solitude et de kleenex, Monsieur Nanou ne s'est pas réveillé, il a roupillé ferme, se retournant à peine pour demander : "Hein ? Qu'est-ce que t'as ?" Ce dont il ne se souviendra pas le lendemain...

 

Le lendemain justement, je suis sur le pont dès 7h00 (ne me dis pas que ce sera plus tôt une fois que la Fève sera née, je refuse d'y penser !) pour vérifier que le Haricot s'est bien brossé les chicots et qu'il a changé de slip !

 

 

Quand Monsieur Nanou est malade :

 

La bombe atomique à côté c'est du pipi d'chat ! Quand mon mari est malade, il passe de mauvaises nuits (c'est la journée des scoops). Nez bouché, gorge en feu, fièvre. Sa femme (enceinte ou pas) dort à côté de lui... Elle se lève tôt (ou elle est crevée par la grossesse), petit ange, alors ch...

Il ALLUME la lumière en toussant comme un tuberculeux et s'asseoit au bord du lit pour grogner : "Bweuur putain, ça m'brûle la gorge !" On dirait qu'il s'efforce de tousser le plus bruyamment possible. C'est gagné.

Il se rend compte qu'il n'a pas de mouchoirs au pied du lit (flashback de 21h : "Chéri, prends un paquet de kleenex pour la nuit, t'as le nez bouché"). Où sont-ils ? Rangés au même endroit depuis presque quatre ans, mais...

 

- Nanette, hè Nanette ! Sont où les mouchoirs ??

 

Il va chercher les mouchoirs dans la salle de bain, mais REVIENT se moucher dans la chambre (la lumière est toujours allumée bien sûr). Il joue du trombone avec son nez, fort, très fort. Je lui propose un peu de Vicks, pour pouvoir respirer en attendant une vraie inhalation aux plantes le lendemain... Et tout à coup, il a trois ans :

 

- Du Vicks ? Nan, (snif) je sais pas... Je me mets à saigner du nez quand j'y touche trop... Pfffff, j'suis crevé en plus, il est 1h du mat' ! J'arrive pas à respirer, en plus je tousse ! Fais chier (snif), oh et puis si tiens, file-moi du Vicks ! Tu le ranges où déjà ?

 

Dans l'armoire à pharmacie, au même endroit depuis presque 4 ans... Je suis bien réveillée maintenant. Je borde mon grand bébé de 28 ans, qui retrouve son sommel au bout de 20 minutes à peine en grommelant quelques "putain" en se retournant dans tous les sens.

Ce n'est pas mon cas, j'ai perdu la douce chaleur du sommeil en allant chercher ce p***** de Vicks dans la salle de bain...

Le lendemain, Monsieur Nanou se lève d'une humeur de chien et moi je suis sur le pont etc... etc...

 

 

Heureusement que je suis amoureuse. Heureusement.

Et toi, quand ton mec est malade, ça se passe comment ?

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 08:00

elysee.jpgA force de parler grossesse dans les Humeurs, on en oublierait mon fils premier-né. Mon Grand Haricot, 1 mètre 50 de savoir sans passer par la case douche ENA.

Pour les ptits nouveaux, je précise à nouveau que mon fils est l'espoir, le renouveau de la classe politique: il va changer la vie des Français dans quelques années. Non, je ne suis pas vantarde, je constate c'est tout. Un enfant de 10 ans, capable de vous mener en bateau pendant des semaines, fera un grand homme politique. Tu rigoleras moins quand tu me verras sur le perron de l'Elysée (si, la mère du président a le droit).

 

Elu pour deux ans au Conseil Municipal des Enfants de Banlieue sur Orge, mon fils occupait depuis lors le poste honorifique de conseiller municipal "Commission Sport". Grâce à sa persévérance et à nos impôts locaux, il obtint, avec son cabinet, la construction de nouveaux vestiaires pour le club d'athlétisme. Le bien d'autrui, l'épanouissement par le sport, déjà ce sens de l'atruisme propre aux grands hommes, à 10 ans seulement, faut-il le rappeler...

 

- On a les vestiaires Maman, on a les vestiaires ! J'ai tout fait pour convaincre les copains de voter pour l'athlé, parce que j'en fais ! Je voulais pas qu'ils votent pour la rénovation du club de rugby, j'aime pas ça ! (trafic d'influence à des fins personnelles ? n'importe quoi !)

 

Seulement, comme tout homme politique, il aspirait à mieux. Son but, c'était d'intégrer, voire présider, la "Commission Loisirs et Evenementiel". Fin septembre, il fut élu à la majorité des voix. Sa force de conviction, son esprit de camaraderie et son savoir lui avaient valu la reconnaissance de ses pairs...

 

- Je suis élu, trop trop trop bien ! Ils ont tous voté pour moi, surtout quand j'ai dit que t'allais avoir un bébé ! Je pouvais le dire, hein, Maman ? Tout le monde te trouve plus intéressant quand tu vas avoir un frère ou une soeur ! (non, mon fils n'est pas du tout manipulateur)

 

 

A la tête de la fameuse commission, le Grand Haricot ne s'attendait pas à une telle masse de travail. Une carrière politique, ça signifie : disponibilité, sens du devoir et réunions à gogo !

 

En octobre, il dut réfléchir avec ses collaborateurs copains à de nouveaux jeux et animations pour les personnes âgées de Banlieue sur Orge (la ville possède plusieurs maisons de retraite). Ils organisèrent plusieurs visites sur place pour recueillir les desiderata des pensionnaires. Il en revint ému et touché.

 

- C'était bien la maison de retraite ?

- Ouais, celle-ci sentait moins le pipi que l'autre ! Par contre, c'est dommage, le médecin-chef, il a refusé nos propositions. Il a dit que les personnzagées dépendantes peuvent pas faire de quad, ni jouer à la Wii ! (ah bon ?)

 

 

En novembre, l'heure fut au recueillement national. Il lui fallut apprendre par coeur la Marseillaise, en découvrant qu'elle ne comportait pas seulement un couplet et un refrain.

Le 11, alors que Monsieur Nanou et moi, profitions d'une grasse matinée crapuleuse, le Haricot fut dès 9h00 du matin devant le monument aux morts. Avec ses petits camarades, il chanta l'hymne national devant Monsieur le Maire et Madame Celle-qui-allait-devenir-Ministre-de-l'Ecologie-mais-qui-ne-l'était-pas-encore, maire de la commune d'à côté et vaguement secrétaire d'état aux blogs à l'économie numérique. Rencontrer une future ministre, ça chamboule !

 

- Elle sait pas se coiffer en tout cas, elle avait un stylo dans ses cheveux pour les tenir, c'est nul ! J'ai chanté plus fort qu'elle en plus ! (La pauvre, difficile de chanter plus fort que mon fils).

 

 

Début décembre, il fut chargé de choisir, en concertation avec le Conseil Municipal adulte, les rues qui allaient être illuminées pendant les fêtes de fin d'année. Il fit chou blanc concernant notre rue, seul contre tous. Pas assez passante notre rue. On le sait, c'est pour ça qu'on l'a choisie ! Il me raconta son combat, la rage au coeur et la fleur au fusil :

 

- J'ai un peu râlé tu sais Maman ! J'ai dit que t'avais la sciatique et que tu sortais presque pas, donc que tu pourrais pas voir les illuminations ! Et Madame L. non plus, vu qu'elle sort jamais de chez elle ! (le conseil municipal sait-il également que je suis constipée ?).

 

 

Dimanche 12, il tint son stand au Marché de Noël. De ses petites mains, il créa des petits bonshommes en mousse et des caniches en ballons-saucisses pour les enfants. Si j'étais fière ? Bien sûr. Il caillait sévère et il a assuré deux permanences, matin et après-midi.

Je fus deux fois plus fière quand il rentra les mains pleines de bonbons, de pains d'épices (hors grossesse, je déteste le pain d'épices, je sais, tu t'en fous) et avec une poupée-doudou tricotée à la main pour sa petite soeur. Quitte à changer la vie des Français, autant commencer par remplir l'estomac de sa mère. Je l'ai mis au monde quand même !

 

Le soir, mon petit homme politique, ma chair, mon tout petit, mange ses pâtes tomates séchées-féta en toute simplicité.

Contrairement à certains "fils de" (suivez mon regard, gniark gniark gniark), il ne brigue pas de hautes fonctions qu'il ne mériterait pas (même s'il est le fils de Sissi Impératrice, version sépia). Non, il veut rester proche de ces concitoyens et vivre comme eux : jouer à la wii, bouder la douche, souffler et râler avant de mettre la table et mentir un peu de temps en temps (il fera carrière j'vous dis !). Mon fils, ce héros...

 

Sur le perron de l'Elysée, alors que Claude Barzotti (on ne rit pas) et Richard Cocciante (Dalida s'est décommandée) entameront leurs plus grands tubes pour fêter son élection, il saura rester digne et je le regarderai avec fierté.

 

Tout ceci, bien sûr, n'arrivera sûrement pas... Tu feras comme tu veux mon grand, pourvu que tu trouves ce qui te plaît... Mais ce soir, je suis fière de toi, tellement fière de ton si beau bulletin scolaire. Un rayon de soleil dans ma sciatique...

 

 

P.S : Assez rigolé ! En 2032, tu sais pour qui voter maintenant !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 08:00

Retrouve la leçon n°1, en cliquant ici !

 

envies.jpgLe mystère reste entier sur nos envies de femmes enceintes. On ne se limite plus aux fraises. Hormones, lubies de notre subconscient ou simple besoin de notre corps ? Nul ne le sait. Mais il ne s'agit pas toujours de gourmandise, surtout quand une femme qui a toujours détesté la confiture de rhubarbe, se met à en engloutir des pots entiers !

 

Dans la culture antillaise, enfin celle de mon île Papillon, une femme enceinte DOIT assouvir ses envies le plus vite possible. Pourquoi ? Si elle ne le fait pas, l'enfant à naître portera sur le corps la trace de cette envie non assouvie que nous appelons... envie !

Ainsi, mon cousin J., dont la maman a eu envie de pruneaux durant sa grossesse, porte sur le bras une tâche marron foncée de belle taille qui ressemble étrangement... à un pruneau ! Plus de pruneaux, ni au 8 à 8 du coin, ni à l'épicerie !

Pour être honnête, je pense qu'il s'agit d'une tâche de naissance, marron foncé puisqu'il a la peau noire ! Mais les traditions et légendes ont la dent dure et aux Antilles, elles sont parfois si jolies et imagées que parfois j'aime y croire.

 

Pour ma part, aussi bien pour le Haricot que pour la Fève, mes envies sont salées : fromage, tartines de beurre salé, oeufs sur le plat, saumon fumé, fromage et encore fromage (matin, midi, soir). Mon mari me regarde avec des yeux tout ronds en me voyant boulotter du conté à 8h du matin !

Mais si je ne cède pas, ma Fève naîtra-t-elle avec une tête de munster ou une queue de saumon (dédicace Léonie) ?

 

Ceci est donc ma leçon n°2 :

 

Envies :

 

Besoin irrépressible pour une femme enceinte, de se goinfrer d'un truc particulier. Le truc particulier ne répondant pas forcément aux règles de nutrition ni aux us et coutumes en matière d'horaires et de composition des repas !

Note du dico : profiter au maximum de ces neuf mois de gestation, parce qu'après, on passe pour une originale ou une cinglée !

 

Et toi, des envies pendant que tu couvais ? Raconte !!

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 08:00

 

 

Maman AntiquitéJ'ai 28 ans, j'ai eu mon premier bébé à 18 et je me sens une vieille mère complètement "décalée". Rien n'est comme avant, j'vous jure ! C'est quoi tout ces changements franchement ? Je suis complètement larguée moi !

 

 

AVANT BEBE

 

* Check ton sucre !

Jusqu'ici, pour moi, rien de nouveau médicalement parlant. On entre, on monte sur la balance, on se fait examiner, on blablate et c'est fini.

Et puis, la dernière fois, le Dr Turc me parle de ce truc, dont j'ai entendu parler 10.000 fois mais que je zappe toujours : le test de glucose, O'Sullivan qu'il s'appelle ! Genre, tu bois du sucre A JEUN (je dois absolument boire un café et manger une tartine de mon fromage préféré, sous peine de malaise), on te pique, tu poireautes pendant deux heures et après on te repique ! Après, tu psychottes un peu par peur du diabète gestationnel. Une vraie saloperie ce truc.

Je n'ai pas rêvé, ça n'existait pas en 2000 ce truc-là ! Ah, on me dit dans l'oreillette que si, mais que ça n'était pas systématique. Vive le progrès et fuck le sucre !

 

* Les préparations à la naissance

C'est pas nouveau je sais ! Par contre, les préparations alternatives ont le vent en poupe ! Haptonomie, chant prénatal, sophrologie, yoga, relaxation... hypnose !

On me dit également dans l'oreillette qu'on ne fait plus le petit chien pendant les contractions, ça les rend inefficaces. Voilà pourquoi j'ai poussé aussi longtemps en 2000.

Pour nous, ce sera la sophrologie... quand Monsieur Nanou consentira à ne PAS BOSSER le samedi !

 

 

BEBE EST LA  

 

* On ne met plus de bande ombilicale. Alors là je suis sciée ! Pour le Grand Haricot c'était tout un protocole ce truc-là : désinfecter à la Biseptine, sécher à l'éosine, entourer avec une compresse, mettre une autre compresse par-dessus puis la sacro-sainte bande en filet (qui finit toujours tachée de pipi !). J'aimais bien faire ce truc moi. Je m'en remets pas. Nan, on le fait plus : on lave, on désinfecte et basta ! Les temps changent ma pôv'dame ! L'année 2000, c'était y'a un siècle !

 

* A bas les lingettes ! J'avoue en avoir fait un copieux usage quand le Haricot était bébé, sauf en temps d'érythèmes fessiers du nourrisson (chez le Haricot, érythème ça voulait dire j'enlève la couche et la peau vient avec, DAMNED). J'avoue aussi qu'à l'époque on disait déjà que c'était pas terrible les lingettes... Et les Maxi carrés coûtent encore plus cher qu'avant (si si c'est possible !).

Si Monsieur Nanou le Père Noël m'offre une machine à coudre (à tout hasard la Singer Tradition ou la Toyota noire vendue chez Cdiscount... message subliminal), j'aimerais bien me lancer dans la confection de carrés "maison", une face polaire, une face éponge... Mais bon, j'ai déjà prévu de me mettre au crochet et c'est pas gagné !

 

* On ne lave plus les bébés à la naissance. Enfin pas toutes les maternités. Pour préserver le précieux vernix ? Pas sûr vu qu'il en reste sur la peau même quand le bébé est lavé. Le fils de mon amie C. a été essuyé et rendu à sa maman ! Qu'est-ce que ça change ? Rien ! Alors moi je dis, lavé ou pas, pourvu qu'on me rende vite ma fille !

 

* On reste 3 jours à la maternité. De mon temps (genre je suis trop vieille et expérimentée), c'était 5 jours à une semaine, 15 jours pour une césarienne.

Je suis restée 12 jours moi, rapport à l'hypertension. A la fin, quand je voyais les tout nouveaux-nés, j'avais l'impression d'avoir un vieux nourrisson ! UnCinq jours m'auraient suffi sans ce souci de santé. Trois jours, je trouve ça court. J'avoue avoir apprécié ce "sas de décompression" ou (après une gueulante "j'ai 18 ans, je suis maman et je vous emmerde, laissez-moi m'en occuper SEULE de mon fils, merde), j'ai savouré les tête-à-tête avec mon bébé.

Par contre, quand on reste longtemps, on a des visites, PLEIN. Des fois, c'est chiant.

 

 

M'enfin, on le dit dans l'oreillette qu'on couche toujours les enfants sur le dos, qu'ils rotent toujours après leur repas et que le premier caca est toujours noir-vert et collant !

 

Un autre truc n'a pas changé : les femmes s'opposent toujours autant quand il s'agit de maternité. Allaitement naturel ou au biberon, péridurale ou non, dire le sexe ou pas, dire le prénom ou pas, acheter du neuf ou pas, acheter telle marque ou celle-ci, faire dormir dans sa chambre ou celle des parents... Ca prend la forme de judicieux conseils mais parfois ça se teinte de "Y'a pas mieux que faire ci ou ça... quand on veut être une bonne maman !"

 

Une bonne maman... ça doit savoir la boucler aussi non ? Et être consciente qu'il n'existe pas UNE manière d'élever les enfants.

 

Partager cet article
Repost0